LE DIRECT
François Mitterrand, Novembre 1980, Helsinki

Qu’est-ce qu’il y avait dans la tête de François Mitterrand ?

2 min

La vente des livres de François Mitterrand aura lieu les 29 et 30 octobre

François Mitterrand, Novembre 1980, Helsinki
François Mitterrand, Novembre 1980, Helsinki Crédits : LEHTIKUVA - AFP

Qu’est-ce qu’il y avait dans la tête de François Mitterrand ?

Dans sa tête, on ne sait pas, mais dans sa bibliothèque on peut désormais le savoir. La bibliothèque de François Mitterrand, voilà un testament bien encombrant. 

Parce que si l’on y trouve beaucoup de livres Justes, à l’instar des Justes de Camus, accompagné d’un envoi à notre ancien président, on y trouve aussi un enfer, autrement dit de belles rangées d’écrivains collabos, qui ne constituent pas les lectures classiques ou traditionnelles d’un responsable socialiste.

Alors, la vente de ces livres aura lieu les 29 et 30 octobre prochain, et l’on verra ce qu’il va advenir de ces écrivains aux choix pétainistes, fascistes ou bien carrément nazis que Mitterrand collectionnait avec componction. 

Car Paris Match a beau expliquer aujourd’hui que l’on trouve, dans cette bibliothèque, trace du combat de François Mitterrand dans la résistance, Paris Match oublie quelques volumes qui prennent beaucoup de volume. Il y a bien sûr du Drieu la Rochelle, tous les hommes de sa génération en avaient. Il y a aussi du Chardonne, probablement tout Chardonne si j’en crois le catalogue de la vente, ça n’est pas une surprise, c’était son mauvais gout à lui. 

Mais il y a aussi et surtout deux poèmes autographes de Philippe Henriot, un nom qui ne dit plus rien aux moins de 20 ans, mais qui parlait beaucoup aux hommes de la génération de Mitterrand. Juste pour vous situer les choses, Henriot fut l’une des voix de Radio Vichy, des résistants le tuèrent le 28 juin 1944 au ministère de l’information qui se situait alors Rue de Solferino, c’est étrange quand même la vie... C’est pour venger la mort d’Henriot que Georges Mandel fut assassiné, voilà pourquoi c’est étrange de savoir que Mitterrand avait des poèmes d’Henriot dans sa bibliothèque. 

Alors voilà, on peut très bien comprendre qu’on lise, qu’on lise tout, et il est certain que le destin du monde eut été autre si les hommes de bonne volonté avaient lu Mein Kampf en 1933, s’ils en avaient eu un exemplaire annoté dans leur bibliothèque.

Mais pourquoi détenir des poèmes d’Henriot ? Et pourquoi pas des aquarelles de Pinochet, ou des collages de Steve Bannon pour prendre une référence actuelle ?… Ah oui, peut-être parce qu’avoir un poème d’Henriot dans sa bibliothèque cela permet d’avoir « les mains sales » et « la nausée ».

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......