LE DIRECT
Pouponnière

Peut-on encore avoir des enfants ?

2 min

Voilà un sujet qui est dans l’air : le droit à l’enfant. Je ne parle pas du droit à l’enfant des familles de même sexe, je veux parler du droit de tout être humain à l’enfant alors même qu’il y a déjà trop d’enfants, que nous sommes trop nombreux sur cette planète.

Pouponnière
Pouponnière Crédits : WALTRAUD GRUBITZSCH / DPA - AFP

C’est un discours que l’on entend de plus en plus, hier je l’ai rencontré à trois reprises, jusqu’à croiser un auteur qui propose un permis à enfant — je crois bien d’ailleurs qu’une telle chose avait été instituée jadis en Chine, dans un contexte pas tout à fait démocratique… 

Parce qu’évidemment, c’est l’idée qui vient immédiatement à l’esprit : pour le moment, chaque être dispose d’un droit quasi inaliénable à produire et à se reproduire. Tout le monde peut faire des enfants, autant qu’il le peut, et à peu près autant qu’il le veut, la nature — Tocqueville dirait la providence — s’arrangeant pour que la raison et l’instinct parental veille à la perpétuation de l’espèce dans de bonnes conditions, en utilisant au besoin un peu de sirop contre la toux pour faire dormir le petit dernier, et un écran pour l’occuper. 

Chacun peut faire des enfants, oui mais voilà : et si l’on en faisait trop donc ? Parce qu’après tout, l’enfant n’a pas que des qualités, il pollue, consomme, et peut à son tour, un jour, se reproduire, et c’est lui d’ailleurs qui nous incite à la croissance, parce que précisément c’est pour accueillir ces bouches nouvelles qu’est formulée cette injonction à faire prospérer l’économie. 

Et si l’on arrêtait tout cela ? Alors, l’idée commence à naître, elle passe aujourd’hui pour aussi saugrenue que le véganisme il y a 20 ans, et cependant je suis à peu près certain qu’elle est promise à un bel avenir… Une sorte de malthusianisme nouveau style, l’idée n’étant pas que tout le monde n’a pas sa place au banquet de la nature, mais qu’un banquet surpeuplé détruit la nature… 

Et c’est ainsi que l’enfant jadis paré de nombreuses vertus pourrait devenir un élément de déstabilisation du globe, ce que l’on nomme une externalité. En économie, c’est l’idée qui monte : et si la démographie finissait par menacer la démocratie ?

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......