LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le "banh mi", un sandwich vietnamien.

L'affront du "Banh mi"

2 min

Vous voulez nous parler de l’affront du « Banh mi »….

Le "banh mi", un sandwich vietnamien.
Le "banh mi", un sandwich vietnamien. Crédits : SAUL LOEB - AFP

Oui, le banh mi, c’est ce sandwich vietnamien où l’on met différentes choses dans une baguette de pain, beaucoup d’herbes, une sorte de pâté, des carottes, du porc grillé, je ne vous donne pas la recette parce que la réussite du banh mi dépend essentiellement des herbes que l’on trouve à l’intérieur et ces herbes sont assez difficiles à trouver à l’extérieur du Vietnam. De toute façon, je ne veux pas vous parler gastronomie, mais guerre culturelle. 

Maintenant que je vous ai présenté le banh mi, voici l’histoire, rapportée par Laurent Dubreil dans la dernière livraison de la revue Le Débat. Elle se déroule dans un établissement universitaire américain, l’Oberlin College, il y a trois ans. Elle met en scène une étudiante vietnamienne trouvant un banh mi à la carte de la cafétéria de l’Oberlin College, elle est ravie de retrouver un plat qui lui rappelle son pays. C’est pourquoi elle en commande un et là, désillusion, cruelle désillusion, le banh mi qu’on lui sert est un faux, c’est un « fake banh mi », en lieu et place de la baguette réglementaire, on lui sert une ciabatta — le pain italien — le porc grillé est du porc effiloché, les carottes attendues sont remplacées par du cole slaw. Bref, c’est imbouffable et assez éloigné de la recette originelle. 

Mais cet écart entre le banh mi originel et son interprétation américaine n’est pas un épisode de plus de la guerre contre la malbouffe ou les dérives de la restauration collective. Non, ici il s’agit de faire la guerre à l’appropriation culturelle, cette nouvelle notion qui fait des ravages et qui consiste à combattre ce qui est présenté comme un pillage des cultures. C’est ainsi que ce « fake banh mi » a été présenté dans le journal de la fac comme un plat « inauthentique », signe d’un « manque de respect » à l’égard de la communauté vietnamienne. Polémique monstre, cris, insultes, j’imagine que la cafétéria qui pensait servir un sandwich, et pas une insulte au peuple vietnamien, s’est empressée de mettre à nouveau sur sa carte des hamburgers et uniquement des hamburgers. 

Cette histoire du banh mi pourrait être cocasse, s’agissant d’appropriation culturelle d’un plat, mais elle est en réalité terrible parce qu’elle marque une morsure de plus dans l’universalisme. On a coutume de dire que l’histoire ne repasse pas les plats, désormais les cultures devront en faire autant… 

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......