LE DIRECT
Carlos Ghosn.

Carlos Ghosn est complotiste

2 min

En tout cas, l’ancien patron de Renault Nissan a peut-être fraudé le fisc — en réalité je n’en sais rien, il s’en défend — en revanche, il accuse un complot de le faire accroire, devenant du coup un vrai complotiste.

Carlos Ghosn.
Carlos Ghosn. Crédits : Ludovic MARIN - AFP

Alors, ne sachant rien sur le fond de l’affaire, je vous dirai tout. Mais Carlos Ghosn appartient à cette longue lignée de dirigeants, depuis Jérôme Cahuzac jusqu’à Donald Trump, qui n’hésitent pas à invoquer des complots ourdis contre eux, lorsqu’ils sont accusés à tort ou à raison. Souvenez-vous Jérôme Cahuzac, lorsque les révélations sur ses comptes non déclarés ont éclaté, son premier salut est venu de l’évocation d’un complot qu’il n’allait pas tarder à démasquer… 

Et il y a une véritable propension des dirigeants à révéler l’existence des complots qui les visent, du coup on peut en déduire deux propositions. En premier lieu, les complots existent en politique, comme ailleurs, leur existence n’est pas forcément une vue de l’esprit, liée à un conspirationnisme farouche. Mais dans le même temps, la propension à croire en l’existence d’un complot n’est absolument pas une propension socialement marquée : inutile d’être peu éduqué, d’avoir peu de pouvoir, d’être un dominé comme disait l’autre, pour adhérer à une vision complotiste des choses. 

En réalité, le complotisme est aujourd’hui une conception de la réalité sociale partagée, partagée sous forme de passion et sous forme d’intérêt. Les intérêts de Carlos Ghosn sont simples : il a tout intérêt à nous faire croire en l’existence d’un complot le visant, s’il est innocent bien sûr, mais aussi et surtout s’il est coupable. 

Mais le complotisme est aussi la conséquence d’une passion, passion pour un monde devenu diaboliquement complexe, nul ne sait où est le siège du pouvoir, partout et nulle part, et pourquoi pas dans la pénombre… C’était une prophétie de l’historien François Furet : à l’avenir, expliquait-il, le complotisme allait se diffuser de plus en plus avec la démocratie, parce qu’à la différence de la monarchie ou de la dictature, la démocratie rend la structure du pouvoir bien plus compliquée à comprendre. C’est ainsi que le complotisme est devenu, alors vous choisirez, une pathologie ou bien un complot démocratique. 

Intervenants
  • Docteur en sociologie et producteur des Matins de France Culture
L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......