LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le Président ukrainien et le journaliste Arkadi Babtchenko le 30 mai 2018 à Kiev

Arkadi Babtchenko, le mort-vivant

1 min

Il n’y a pas que les chats qui peuvent être vivants et morts, il y a aussi désormais les journalistes russes.

Le Président ukrainien et le journaliste Arkadi Babtchenko le 30 mai 2018 à Kiev
Le Président ukrainien et le journaliste Arkadi Babtchenko le 30 mai 2018 à Kiev Crédits : MYKOLA LAZARENKO / UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SERVICE - AFP

Les opposants à Poutine sont des chats vivants et morts…

Vous vous souvenez du chat de Schrödinger ? Cette parabole qui résume les paradoxes de la physique quantique, la possibilité pour un chat dans un univers quantique d’être à la fois vivant et mort. Eh bien les progrès de la science aidant, il n’y a pas que les chats qui peuvent être vivants et morts, il y a aussi désormais les journalistes russes – enfin le journaliste russe Arkadi Babtchenko – lequel était mort hier matin et vivant hier après-midi. 

Comment expliquer une telle coïncidence, un vrai Lazare comme on dit dans la bible ? Eh bien d’après les autorités ukrainiennes, cette mise en scène était destinée à déjouer une tentative de meurtre – vraie tentative de vrai meurtre – commandité par la Russie. 

Bon, inutile de vous dire que l’Ukraine et la Russie depuis s’échangent des noms d’oiseaux. Ça, c’est une chose. Mais aussi et surtout, cette mort disruptive va nous obliger nous, les journalistes, à changer nos pratiques en matière d’information. 

Il serait bon de préciser à partir de maintenant si une personne est vraiment morte, ou bien si son trépas peut s’apparenter à une vraie fausse mort, puisque Arkadi Batchenko aurait du être vraiment mort en fin d’après-midi s’il n’avait pas été vivant, si l’on en croit le plaidoyer pro domo des autorités ukrainiennes.

Par ailleurs, cet événement va modifier l’enseignement du journalisme. En début de semaine, se posait la question suivante au sujet de la mort de Serge Dassault : peut-on dire du mal d’un frais défunt ? 

Désormais une nouvelle question se pose, va-t-il falloir faire des nécros à l’envers ? Autrement dit annoncer que quelqu’un est vivant, ce qui à ma connaissance n’était jamais arrivé, sauf peut-être dans les naissances royales. Dès demain, France Culture vous proposera des non-nécrologies, notamment la liste des morts qui sont vivants. 

Intervenants
  • Docteur en sociologie et producteur des Matins de France Culture
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......