LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Franck Ribery, à Dubaï, dans le restaurant de Nusret Gökçe, alias "Salt Bae", et le steak de la discorde, enrobé de feuille d’or.

Franck Ribéry et le steak de la discorde, enrobé de feuille d’or

2 min

Vous voulez évoquer Franck Ribéry, un joueur de football, pour ses activités d’après match…

Franck Ribery, à Dubaï, dans le restaurant de Nusret Gökçe, alias "Salt Bae", et le steak de la discorde, enrobé de feuille d’or.
Franck Ribery, à Dubaï, dans le restaurant de Nusret Gökçe, alias "Salt Bae", et le steak de la discorde, enrobé de feuille d’or. Crédits : instagram/franckribery7

Absolument, car il n’y a pas que le foot dans la vie, il y a aussi ce qui est commis en dehors des terrains par les joueurs de football, leurs frasques, leur démesure, leur mauvais gout. Et là, Franck Ribéry, Français jouant actuellement au Bayern Munich, a franchi une étape en dévorant, devant les objectifs, un steak enrobé de feuille d’or. 

Oui, oui, cela existe un steak enrobé de feuille d’or, il parait même que c’est la spécialité d’un restaurant bien connu pour ce genre de mets, un restaurant de Dubaï, lequel vous propose de la bidoche frottée au lingot pour la modique somme d’environ de 500 euros. Alors il faut savoir gré à ce restaurant, et à Franck Ribéry, d’avoir commandé un tel plat, puisque celui-ci récapitule à peu près tous les motifs d’indignation de l’époque, comme s’il s’agissait de faire entrer dans une seule assiette ce qui fait débat auprès de nos contemporains. Que l’on en juge, rien n’est aujourd’hui moins consensuel que la viande, entre les protestations des vegans, des partisans de la cause animale, le steak est d’ores et déjà un objet politique. 

Et cependant, Franck Ribéry a jugé que ce n’était pas assez, aussi a-t-il décidé de le tremper dans l’or, à une époque où en France, le débat porte sur l’égalité des conditions, sur ceux qui peinent à boucler leurs fins de mois. Ce steak en or vient à point nommé récapituler ce que le sociologue Thorstein Veblen appelait la consommation ostentatoire. Une consommation ostentatoire, c’est un choix de consommation qui n’a absolument plus rien à voir avec un besoin, ni même avec une simple envie, c’est uniquement la volonté de montrer que l’on peut détruire de la valeur, que l’on est suffisamment riche pour dévorer le super superflu, même pas le steak au caviar, parce qu’il s’agirait là de deux produits comestibles, mais du steak 18 carats, autrement dit la possibilité de digérer ce que les autres thésaurisent. 

On a coutume de dire que même les très riches ne font pas plus de trois repas par jour, la preuve que si : le steak en or peut être mis au menu, ce n’est pas une recette, c’est un motif d’indignation, le signe d’une alimentation déséquilibrée, personne n’est capable de digérer ce steak à l’or, celui qui l’a dévoré mais aussi et surtout ceux qui ne l’ont pas mangé.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......