LE DIRECT
Réseaux sociaux

Les réseaux sociaux rendent-ils bêtes et méchants ?

2 min

C’est le vieux débat qui est relancé après la découverte des exactions d’une certaine Ligue du LOL. Cette ligue du LOL, composée de journalistes et de gens de communication, principalement des hommes, et ils auraient harcelé principalement des femmes.

Réseaux sociaux
Réseaux sociaux Crédits : NICOLAS ASFOURI, Lionel BONAVENTURE - AFP

Cela s’est passé vers la fin des années 2000, ils sélectionnaient des victimes et se défoulaient sur elles, au mieux à coup de blagues lourdingues, au pire avec des actions menaçantes, une bande à la Orange Mécanique version 2.0. En somme, dans la ligue du LOL, la seule chose qu’il y a avait de vrai, c’était le mot ligue…

Parmi ces gens, certains sont aujourd’hui des journalistes au travail sérieux, d’où les interrogations que ces révélations nourrissent, une sorte d’affaire Medhi Meklat collective, du nom de ce jeune homme qui twittait des horreurs racistes sous un pseudo connu de tous. 

D’où le retour de cette interrogation : pourquoi les réseaux sociaux sont-ils si accueillants pour les trolls, au point de transformer en trolls des gens a priori équilibrés ? Alors, on peut bien entendu disculper l’outil, un peu comme si l’on disait qu’un couteau est innocent lorsqu’il est impliqué dans un assassinat. Mais j’avoue que cette hypothèse ne me satisfait qu’à moitié. Bien entendu, c’est le harceleur qui harcèle, et doit donc répondre de ses actes et de ses propos machistes ou homophobes et ainsi de suite, mais comment expliquer leur abondance sur les réseaux sociaux ? 

Peut-être grâce à cette affirmation de Paul Valéry : « le fond n’est qu’une forme impure ». Cela veut dire que la forme d’un message influe sur son fond, cela voudrait dire que les réseaux sociaux sont un lieu finalement propice aux messages haineux, minables, aux remarques de dingues que l’on n’oserait pas formuler dans le monde réel. Empiriquement, cette assertion est évidente : il suffit de jeter un coup d’œil sur Twitter pour se dire qu’heureusement, le monde réel ne ressemble pas encore à cela. 

En tout cas, ce qui est certain, c’est qu’un moyen de communication n’est jamais neutre : la forme brève, la prédominance du virtuel, l’existence d’un certain type de vocabulaire et d’échange, le souhait de trouver la formule qui tue, ou bien encore un moyen de communication qui est plus fait pour asséner que pour échanger. Tout cela pourrait expliquer que les réseaux sociaux soient beaucoup plus réseaux que sociaux. 

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......