LE DIRECT
John McCain en 2008

Qui était John McCain ?

2 min

Homme politique et héros américain, voilà qui était John McCain…

John McCain en 2008
John McCain en 2008 Crédits : Chip Somodevilla - Getty

Et le Figaro raconte qui était cet homme, tête dure et tête brûlée, pilote dans l’armée de l’air américaine, pilote médiocrement noté parce que très indiscipliné, son avion abattu au-dessus d’Hanoï le 26 octobre 1967 parce qu’il n’avait pas suivi les consignes, prisonnier de guerre pendant 5 ans, torturé, tentant par deux fois de se suicider, puis accueilli en héros à son retour en mars 1973. 

John McCain s’est lancé quelques années plus tard en politique et il y a quelque chose de vertigineux dans l’idée qu’un vétéran de la guerre du Vietnam devienne un homme politique. Car aucune guerre ne témoigne plus de l’inconséquence des hommes politiques, leur cynisme, leur monstruosité même, aucune guerre peut-être n’est plus absurde que la guerre du Vietnam. 

Alors, je sais bien, en la matière il y a compétition. Certains, à la manière de Brassens, ont la guerre de 14-18, sur laquelle se penchent des générations d’historiens pour en comprendre les causes, comment le nationalisme intégral des français et des allemands a pu se transformer en boucherie. 

La guerre du Vietnam obéit à des causes plus simples. Dans un contexte d’affrontement entre blocs, mais à la différence de la guerre de 14-18, chaque politique américain en connaissait l’issue. Chaque homme politique un tant soit peu lucide savait qu’elle était impossible à gagner. Les présidents américains de Lyndon Johnson à Richard Nixon savaient que cette guerre était une guerre perdue, mais même après une centaine de milliers de morts personne ne voulait être celui qui arrêterait la guerre. Aucun homme politique américain ne voulait être celui qui passerait pour un pacifiste, qui donnerait l’impression de se coucher face aux communistes. 

Pourtant, on le sait fort bien, aujourd’hui aucun dirigeant politique américain n’était illucide au point de penser que cette guerre était gagnable, chacun savait qu’elle n’apporterait que la mort et la désolation. Devenir un homme politique lorsque l’on est un vétéran du Vietnam, c’est une variation autour du syndrome de Stockholm. Faire de la politique peut-être contre le pire, quand on a subi le pire du politique. 

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......