LE DIRECT
Jérôme Rodrigues, blessé samedi 26 janvier 2019, place de la Bastille, lors de l'acte 11 des Gilets Jaunes.

L’œil de Jérôme Rodrigues et la loi du Talion

2 min

La blessure à l’œil du Gilet Jaune Jérôme Rodrigues a une longue histoire. Une longue histoire, ou plus exactement une longue symbolique…

Jérôme Rodrigues, blessé samedi 26 janvier 2019, place de la Bastille, lors de l'acte 11 des Gilets Jaunes.
Jérôme Rodrigues, blessé samedi 26 janvier 2019, place de la Bastille, lors de l'acte 11 des Gilets Jaunes. Crédits : Zakaria ABDELKAFI - AFP

Cette blessure a été infligée samedi, place de la Bastille à Paris, conséquence d’une grenade de désencerclement ou d’un tir de Flash Ball, les versions divergent. Et, dès que cette nouvelle s’est diffusée, on a pu lire des appels à la vengeance sur les réseaux sociaux, des mentions du type « ils – ils étant l’état – ils veulent la guerre »… 

Et ainsi se réactive la loi du Talion, comme si l’on retrouvait, quatre millénaires après sa naissance, le retour du refoulé, la genèse de la justice dans le code d’Hammourabi, ce code sumérien qui a servi de matrice à la Bible. Une blessure à l’œil renvoie évidemment à la loi du Talion, laquelle est le premier embryon de justice, une loi présente trois fois dans l’Ancien Testament, par exemple dans le Deutéronome, « Ton œil sera sans pitié : vie pour vie, œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied. ». 

Il y a deux manières d’interpréter cette règle : ou bien l’on considère qu’il s’agit de la première tentative de restreindre la bestialité de l’homme par la loi, « œil pour œil », mais pas plus ; ou bien l’on considère qu’il s’agit d’une loi inhumaine, qui croit possible d’infliger la violence pour réparer la violence… 

Et c’est ainsi que l’interprétation de ce verset biblique a été laissée à l’appréciation d’un tribunal rabbinique dans l’antiquité, partant du postulat, qu’un œil n’avait pas nécessairement la même valeur pour un être et pour un autre, forgeant en somme la notion de préjudice qui est à l’origine du droit moderne. Et même s’il n’est plus question de loi du talion, « œil pour œil », est devenu le symbole de la non-justice, autrement dit de la vengeance perpétuelle. 

C’est en cela que la justice moderne innove, comme l’a souligné le philosophe René Girard. S’il n’est plus question d’œil pour œil, c’est parce que la justice s’oppose à la vengeance, et la vengeance, ce n’est pas seulement la réponse à une agression, c’est aussi le cycle infini de la violence et de la réponse à la violence. 3700 ans après le code d’Hammourabi, on en est toujours là…

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......