LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Charles Aznavour, le 13 décembre 2017, au Bercy AccorHotels Arena de Paris

L'antidestin d'Aznavour

2 min

Les deux grand Charles ne sont plus…

Charles Aznavour, le 13 décembre 2017, au Bercy AccorHotels Arena de Paris
Charles Aznavour, le 13 décembre 2017, au Bercy AccorHotels Arena de Paris Crédits : ERIC FEFERBERG - AFP

Les deux grand Charles ne sont plus…

Eh bien oui, il y avait deux Charles en France, De Gaulle et Aznavour, et les deux ne sont plus. Pourquoi associer les deux, au-delà du patronyme, peut-être parce qu’ils incarnent la France au-delà de leur frontière, l’Amérique rend hommage à Aznavour, comme jadis, il y a presque 50 ans, elle rendit hommage à De Gaulle. 

Et pourtant, De Gaulle et Aznavour sont aux antipodes, ce qui les sépare, ce n’est pas seulement la taille, c’est aussi et surtout la prédestination. De Gaulle, lui a toujours imaginé devenir de Gaulle, son enfance telle qu’il l’a écrite, est l’enfance d’un chef. Tout le contraire chez Aznavour, la réussite d’Aznavour est celle d’un rêve que tout semblait rendre impossible. Pas de voix, pas de physique, pas de relation – et puis quoi encore – vous croyez que j’exagère, lorsqu’Aznavour est entré dans la carrière, un critique qui devait être radical a dit, « et pourquoi pas un chanteur avec une jambe de bois tant qu’on y est » ? L’histoire d’Aznavour, c’est celle-ci, non pas l’histoire d’un transclasse, parce que beaucoup de chanteurs le sont, à commencer par Johnny — pauvres ils finissent riches — l’histoire d’Aznavour c’est d’être un antidestin, autrement dit de parvenir à être le contraire de ce qu’il était censé devenir. 

Les plus grandes chansons d’Aznavour sont des chansons d’ailleurs antisociales, ou plus exactement anti-sociologiques, elles montrent une personne défiant les déterminismes : c’est le cas de Ma bohême, « c’est là qu’on s’est connu, moi qui criait famine, et toi qui posais nue » ; ou bien encore Mes emmerdes, « j’ai travaillé des années sans répit jour et nuit pour réussir jour et nuit », sans parler évidemment, de Je me voyais déjà, l’histoire d’un homme qui porte un complet bleu, et connaît un complet insuccès. 

C’est avec ces mélodies construites autour d’une réussite inattendue qu’Aznavour a réussi, cité par exemple à la première place d’un sondage sur les plus grands artistes du siècle, avant Elvis, organisé par CNN et le Times en 1988. 

Comme le disait Cocteau, avant Aznavour le désespoir était impopulaire, c’est lui qui a placé le désespoir en haut de l’affiche.  

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......