LE DIRECT
Capture d'écran du site du magazine Ebdo, présentant son dernier numéro, titré "L'affaire Nicolas Hulot"

Ebdo et le "syndrome Cahuzac"

2 min

Le syndrome Cahuzac touche beaucoup de déontologues, y compris les sympathiques promoteurs du nouveau magazine Ebdo

Capture d'écran du site du magazine Ebdo, présentant son dernier numéro, titré "L'affaire Nicolas Hulot"
Capture d'écran du site du magazine Ebdo, présentant son dernier numéro, titré "L'affaire Nicolas Hulot" Crédits : Ebdo

Je veux vous parler du syndrome Cahuzac. Oui, le syndrome Cahuzac, du nom d’un Ministre du budget qui combattait la fraude fiscale tout en pratiquant la fraude fiscale, selon des modalités assez bien connues aujourd’hui. 

Ce syndrome Cahuzac touche beaucoup de déontologues, y compris les sympathiques promoteurs du nouveau magazine Ebdo, ce magazine qui a publié l’information selon laquelle le ministre Nicolas Hulot avait violé une femme ou pas, ce qui soit dit en passant le distingue de Médiapart qui avait publié l’information selon laquelle Jérôme Cahuzac possédait un compte en suisse, point. 

Tout cela pour vous dire que les sympathiques promoteurs de la revue Ebdo ont publié en leur temps un manifeste pour un autre journalisme, c’était en 2013, un manifeste semble-t-il soigneusement piétiné par ce dossier spécial Hulot. 

On pouvait lire ainsi sous la plume de Patrick de Saint-Exupéry et Laurent Beccaria, patron de l’Ebdo, que la presse était « menacée par l’insignifiance, la recherche éperdue du buzz » avec des sujets traités « trop hâtivement », avec une charge particulièrement bien sentie, contre je cite toujours Saint-Exupéry et Beccaria, « le journalisme qui étourdit, agrège tout et le contraire de tout, est entraîné dans un engrenage paroxystique ». Avec ce conseil, parfaitement respecté dans le dossier spécial Hulot, je cite encore le manifeste pour un autre journalisme, « Prendre le temps de l’enquête – aller voir, laisser infuser et revenir – et apprendre à travailler à contre temps de l’émotion immédiate ». 

J’arrête là parce que j’ai beaucoup de respect pour Patrick de Saint-Exupéry, j’apprécie beaucoup XXI, la revue qu’il a créée, je le tiens pour l’un de nos meilleurs journalistes, je pense uniquement qu’il y a trois sortes de mensonge : les mensonges, les gros mensonges et les cours de déontologie. 

Intervenants
  • Docteur en sociologie et producteur des Matins de France Culture
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......