LE DIRECT
Lancement des cars Ouibus le 4 septembre 2015.

Blablacar et le rachat à la SNCF des cars Ouibus, les "cars Macron"

2 min

Vous voulez dire du mal des Macron ?

Lancement des cars Ouibus le 4 septembre 2015.
Lancement des cars Ouibus le 4 septembre 2015. Crédits : KENZO TRIBOUILLARD - AFP

Non, vous avez loupé un mot, des cars Macron. Parce qu’il est arrivé quelque chose d’amusant hier, quelque chose qui mérite explication. Blablacar a acheté les cars Ouibus à la SNCF. Bon, jusque-là personne ne rigole… Là où cela devient plus intéressant, c’est que cette activité de transport de voyageurs par bus sur de longues distances est la fameuse activité dite « car Macron ». 

Et pourquoi a-t-elle été cédée ? Eh bien tout simplement parce qu’elle n’est pas rentable, et même, si j’ose dire, elle est très pas rentable. En 3 ans, Ouibus a cumulé 165 millions de pertes ; en 2017, Ouibus a enregistré une perte de 36 millions d’euros, mais surtout, cette perte de 36 millions d’euros est à mettre en rapport avec un chiffre d’affaires de 55 millions d’euros, ce qui veut dire que cette activité, donc, est super pas rentable, les cars Macron vérifient la très fameuse règle, on perd un peu sur chaque voyage mais on se rattrape sur la quantité. 

J’ajoute, pour éviter toute remarque désagréable, que cela n’a rien à voir avec les prix du gazole… Tout cela pour dire que l’idée des cars Macron, bonne et généreuse, est juste absolument impossible à rentabiliser. D’ailleurs, Blablacar, en rachetant Ouibus, n’a pas vraiment d’idée pour rendre ces bus rentables, sauf à se transformer en une sorte d’Uber des bus, autrement dit en pressurant les petites compagnies locales de bus pour qu’elles fassent le boulot de la Sncf — au lieu d’avoir une grosse perte, c’est effectivement mieux d’avoir plein de petites pertes. 

Mais alors pourquoi Blablacar cesse d’être une entreprise capitaliste pour devenir une ONG en rachetant une activité non rentable ? Eh bien parce que Blablacar est aux prises avec plein de participations croisées avec la SNCF, Blablacar s’est donc dévoué pour enlever cette petite épine du pied de la SNCF. 

Et la morale de cette histoire ? Eh bien elle est assez simple : un système de transport collectif à l’échelle d’un pays a toute une série de mérites — il est utile aux individus et à l’économie, mais il n’est pas rentable. Parce que tout ce qui est utile n’est pas forcément rentable et vice et de Versailles.  

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......