LE DIRECT
Un homme en train de skier sur la butte couverte de neige de Montmartre,  devant la Basilique du Sacre-Cœur, à Paris, le 6 février 2018.

L'effet d'hiver

2 min

La neige purifie ce que les actualités quotidiennes souillent.

Un homme en train de skier sur la butte couverte de neige de Montmartre,  devant la Basilique du Sacre-Cœur, à Paris, le 6 février 2018.
Un homme en train de skier sur la butte couverte de neige de Montmartre, devant la Basilique du Sacre-Cœur, à Paris, le 6 février 2018. Crédits : ALAIN JOCARD - AFP

La neige ne masque pas, elle révèle… Et comme le disait le bon président Pompidou naguère, lors de ces vœux, c’est l’hiver, il fait froid, et en plus, ça c’est moi qui rajoute, il neige. 

Et cette neige dépose une large couche de stupeur à la surface médiatique, car la neige n’est pas seulement un marronnier d’hiver, sujet qui fleurit quand justement les marronniers perdent leurs feuilles, la neige est un sujet qui nous permet de retrouver notre âme d’enfant. 

Car la neige purifie ce que les actualités quotidiennes souillent, plus de guerres, plus de catastrophes, plus de stratifications sociales, tout roule ou plutôt tout glisse, sur le grand manteau neigeux. À peine entend-t-on les ronchonneries francophobes d’hiver, 5 cm de poudreuse et tout s’arrête mais comment font-ils au Québec ! La neige met de l’imprévu dans le quotidien, elle remplace le caddy par le traîneau, le ménage par du curling, et le plus humble des passants devient Paul Emile Victor. 

Sur la France devenue banquise (une banquise tempérée mais ça n’est pas grave, nous ne sommes pas habitués), tous les Français sont égaux, ceux qui sont limités à 80 km/h, ceux qui voudraient faire du 90 km/h, et ceux qui n’avancent pas. 

Pourquoi la neige purifie-t-elle ? C’est Roland Barthes qui l’explique le mieux, parce qu’elle rappelle la montagne, la plaine est morne, la mer vicieuse, seule la montagne a des vertus et forge le caractère. Monter les pentes, les redescendre… Enfin un mouvement de va-et-vient tous publics. Pas de corps indécents à la montagne, même le tire-fesses n’est pas obscène. Bref, comme l’écrivait Roland Barthes, « la montagne est un lieu d’éjaculation morale ». Et voila comment soudainement les informations peuvent passer de l’examen des faits divers à l’examen de l’effet d’hiver.

Intervenants
  • Docteur en sociologie et producteur des Matins de France Culture
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......