LE DIRECT
Panneau limitant la vitesse à 80 km/h

Réussite des 80 Km/h et champignons

2 min

La réussite des 80 Km/h doit elle nous faire appuyer sur le champignon ?

Panneau limitant la vitesse à 80 km/h
Panneau limitant la vitesse à 80 km/h Crédits : SEBASTIEN BOZON - AFP

Oui, la diminution du nombre de morts doit-elle nous faire appuyer sur le champignon ? Et si j’emploie cette expression, ce n’est pas seulement parce que France culture est engagée dans une lutte à mort pour passer devant Rires et Chansons en termes d’auditeurs. Voilà une vraie question en sciences sociales : oui ou non les 80 km/h sur les routes ont-ils provoqué la diminution du nombre de morts et de blessés.

Au vu des intérêts impliqués, constructeurs automobiles, implications politiques de la mesure, il y a tout à parier que la conclusion ne va pas être simple — on peut imaginer une vaste discussion pour savoir si ce qui a joué est la météo, l’absence de radar, la méthode Coué, le prix du diesel, et j’en passe… Le problème posé par le lien entre 80 km/h et baisse de la mortalité sur les routes est traditionnel en sciences sociales puisqu’il s’agit de la question de la corrélation. Peut-on imaginer une corrélation sans cause, et à partir du moment où l’on assiste à une association, ici entre baisse de la vitesse et baisse de la mortalité, comment l’interpréter ? 

A ce stade, vous vous demandez ce que peuvent bien faire les champignons dans ce problème posé par la corrélation. Eh bien figurez-vous qu’il existe un texte, signé par deux anthropologues, Valentina et Robert Wasson. Ces deux anthropologues établissaient un lien entre l’attitude des civilisations vis-à-vis des champignons et leur vote : il existe des peuples mycophiles et d’autres mycophobes. C’est ainsi que, pour les Wasson, les pays mycophiles votaient très à gauche, c’était alors le cas en Italie et en France, deux pays où l’on adore les champignons, tandis que les pays du pacte atlantique, donc des pays plutôt mycophobes, auraient tendance, toujours selon les époux Wasson, à détester les champignons et à voter à droite. Plus on est mycophile, plus on est à gauche, c’est ainsi que les Wasson expliquent par exemple le fait qu’en Russie il y ait des poèmes dédiés aux champignons… 

A moins, à moins bien entendu que l’on ne puisse pas établir de lien de cause à effet entre amour ou haine des champignons et orientation politique d’une société — que ce soit donc une corrélation sans cause. En revanche Wasson ne dit pas s’il y a un lien entre le vote, à droite ou à gauche, et la consommation de champignons hallucinogènes.  

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......