LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Dégustation de whisky à Edimbourg en mars 2014

Un prix minimum pour l'alcool

2 min

Le principe est simple comme un pastis : une unité d’alcool, soit 10 grammes d’alcool pur, ne peut plus être vendue moins de 50 pence en Ecosse.

Dégustation de whisky à Edimbourg en mars 2014
Dégustation de whisky à Edimbourg en mars 2014 Crédits : Jeff J Mitchell - Getty

Et un prix minimum pour l’alcool, est-ce une bonne chose ? 

C’est en tout cas le débat qui agite en ce moment vignerons d’un côté, addictologues de l’autre : un prix minimal pour l’alcool est testé en Ecosse. La fin du vin en cubitainer, ou en tout cas son agonie, comme le raconte Libération aujourd’hui.  

Le principe est simple comme un pastis : une unité d’alcool, soit 10 grammes d’alcool pur, ne peut plus être vendue moins de 50 pence en Ecosse, ce qui signifie concrètement qu’une bouteille de whisky ne peut pas être vendue moins de 15 euros, deux litres de cidre – là-bas le cidre est chargé en alcool - valent au moins 5,68 euros. 

Alors ce n’est pas complètement nouveau puisque cela ressemble au prix fixe des cigarettes, lequel est pratiqué chez nous depuis longtemps, avec les mêmes questions finalement : tout d’abord, cela va-t-il favoriser la contrebande ? Mais aussi, va-t-on assister à un déplacement de la consommation d’alcool vers d’autres substances susceptibles de modifier les états de conscience ?

Par ailleurs, ce prix minimum de l’alcool est surtout le signe que les politiques publiques sont de plus en plus droguées au nudge. Vous savez le nudge que l’on peut traduire par « coup de pouce », ça a valu un prix Nobel d’économie à l’un des promoteurs du nudge, Richard Thaler. Le nudge est censé orienter les individus vers leur bien à l’insu de leur plein gré. Par exemple, les faire manger moins gras, marcher plus en diffusant de la musique dans les escaliers pour les inciter à délaisser l’escalator. 

Le nudge promet une sorte de paternalisme libéral sur le mode « faites ce que vous voulez, certes, mais vous avez tout intérêt à bien agir ». Le nudge est à la mode et du coup, on risque de nudger de plus en plus dans de plus en plus de domaines : boire de l’eau par exemple ou encore manger des légumes. Avant, il valait mieux être riche et en bonne santé. Maintenant, pour être en mauvaise santé, par exemple en buvant de l’alcool  bon marché, il faudra d’abord être riche. 

Intervenants
  • Docteur en sociologie et producteur des Matins de France Culture
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......