LE DIRECT
Entrée du fort de Bregançon à Bormes-les-Mimosas

La piscine des Macron

2 min

Les arguments de ceux qui expliquent qu’elle ne coûtera que 34 000 euros et qu’il n’y a pas de piscine a Brégançon ne convaincront personne.

Entrée du fort de Bregançon à Bormes-les-Mimosas
Entrée du fort de Bregançon à Bormes-les-Mimosas Crédits : BERTRAND LANGLOIS - AFP

C’est ce que l’on appelle sur France Culture la concordance des temps…

Dans le Figaro,un article explique sans rire que c’est compliqué de rire de Brigitte et d'Emmanuel Macron. On va parler des élections en Turquie, et en Turquie aussi c’est compliqué de rire d’Erdogan – ben oui je plaisante, ça au moins ça fait une première blague. 

D’ailleurs, l’un des humoristes interviewé dans cet article explique : « j’essaye d’en faire un personnage digne et élégant : le nouveau Napoléon. » Avouez qu’avec des humoristes comme cela, l’esprit frondeur à la française se porte bien. Je suis sûr que l’on pourrait exporter ce genre d’humour en Chine chez XI Jinping, sans droit de douane. 

Et donc aujourd’hui où l’on nous explique qu’il est compliqué de rire d'Emmanuel Macron, on nous annonce que le dit Emmanuel Macron veut faire construire une piscine au fort de Brégançon, ce qui peut donner lieu à plein de blagues. 

Construire une piscine en bord de mer, construire une piscine hors-sol, oui ça, c’est rigolo. La politique hors-sol, toucher le fond de la piscine... bref, je ne comprends pas pourquoi cette histoire de piscine ne fournit pas plein d’idées à ces humoristes qui se lamentent de ne rien trouver de drôle à dire sur Emmanuel Macron. 

Parce que cette histoire de piscine ressemble quand meme à une blague, à une blague façon Orwell. Non, pas Orwell 1984 et Big Brother, mais Orwell, façon Common decency, décence commune. 

Dans les premières pages du manuel de décence commune de première année, on apprend, ou l’on devrait apprendre, que lorsque l’on veut incarner la rigueur gestionnaire, la guerre aux "pognons de dingue", on ne peut pas justifier une piscine aux frais de l’Etat. Les arguments de ceux qui expliquent qu’elle ne coûtera que 34 000 euros, qu’il n’y a pas de piscine a Brégançon, ne convaincront personne.

C’est étrange de faire autant de com pour plonger dans le grand bain, mais comme le dit Laclos dans les Liaisons dangereuses, il n’y a que les bon nageurs qui se noient. 

Intervenants
  • Docteur en sociologie et producteur des Matins de France Culture
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......