LE DIRECT
L'un des logos d'Airbnb

Enseignant ou logeur, il faut choisir…

2 min

Quand Airbnb permet de réaliser que les enseignants sont sous payés.

L'un des logos d'Airbnb
L'un des logos d'Airbnb Crédits : Joel Saget - AFP

Ou pas. Tout simplement parce qu’un camarade américain, enseignant de son état m’a fait cette confidence : il m’a expliqué qu’il gagnait plus en hébergeant des touristes dans une partie de sa maison, grâce à Airbnb, qu’en faisant son métier de prof. 

Eh bien, figurez-vous que ce garçon n’est pas un cas isolé puisque d’après le magazine américain The Atlantic, 10 % des logeurs sur Airbnb sont des profs. Dans certains états, l’Utah et le Wisconsin, toujours d’après The Atlantic, ce chiffre pourrait grimper jusqu’à 25 % des logeurs sur Airbnb, pour gagner en moyenne 6500 dollars par an, qui s’ajoute aux 58000 dollars par an que gagne en moyenne un prof américain, soit environ 5500 euros qui s’ajoutent aux 50000 euros qui représentent donc le salaire annuel moyen d’un prof américain. Autant dire 30 % au moins de plus que son homologue français, même si la vie est plus chère aux Etats Unis, notamment parce que les universités sont payantes, et même très chères. 

Alors, pourquoi les profs américains se sont-ils lancés dans le Airbnb? Il y a une explication sympathique, les profs aiment le contact avec les autres, ils aiment faire découvrir des choses, ils sont chez eux parfois dans la journée, et c’est pourquoi ils sont des hôtes en or. Ils appartiennent – pour combien de temps encore – aux classes moyennes, du coup les quartiers où ils habitent sont attractifs pour les touristes. 

Mais il y a aussi évidemment une explication beaucoup plus pragmatique et beaucoup moins sympathique : les enseignants sont également hôteliers tout simplement parce qu’ils ne gagnent pas assez, parce que la vie est chère aux Etats-Unis, parce que l’éducation est onéreuse. 

C’est tout de même assez ironique à une époque où l’on ne cesse de se gargariser du mot savoir. Nous vivons dans une économie du savoir, rien ne serait plus important que l’éducation, rien ne coûterait plus cher d’ailleurs des Etats-Unis à la Corée du sud, l’éducation coûterait très cher mais les profs n’en profiteraient pas, obligés donc de se transformer en hôteliers. 

L’éducation cela n’a pas de prix, tout le monde est d’accord avec cela, et cependant, le paradoxe est là, personne n’est prêt à payer les enseignants comme ils devraient l’être.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......