LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le premier ministre a annoncé mercredi à l'issue du conseil des ministres la décision du gouvernement sur l'aéroport controversé de Notre-Dame-des-Landes.

Le "recul" du gouvernement face à Notre-Dame-des-Landes

1 min

Depuis quand les gouvernements qui en ont sont-ils préférables aux gouvernements sages ?

Le premier ministre a annoncé mercredi à l'issue du conseil des ministres la décision du gouvernement sur l'aéroport controversé de Notre-Dame-des-Landes.
Le premier ministre a annoncé mercredi à l'issue du conseil des ministres la décision du gouvernement sur l'aéroport controversé de Notre-Dame-des-Landes. Crédits : CHARLES PLATIAU / POOL - AFP

Donc le gouvernement recule… Oui, il recule face aux zadistes, c’est ce qu’explique une partie de la classe politique et des commentateurs. Par exemple Alain Duhamel, qui n’a même pas besoin d’aller voir un psychanalyste lacanien tant sa prose est transparente lorsqu’il écrit, je le cite « le bâton de commandement sera-t-il en bois dur ou en carton-pâte ? ». 

Parce que oui, la voilà la question, notre gouvernement a-t-il un petit ou un gros bouton, pardon bâton, et va-t-il laisser piétiner la loi par 150 punks à chien, les dreadlocks vont-elles décoiffer les raies sur le côté ?

Pourtant, on a beau relire Machiavel, on ne voit aucun passage ou le prince est censé avoir un gros bâton, chez Max Weber itou, il n’est pas interdit de reculer, si c’est pour faire preuve d’une vraie éthique de responsabilité. 

Depuis quand les gouvernements qui en ont sont-ils préférables aux gouvernements sages ? Y a-t-il un risque en France de voir se développer parmi la République en marche une tendance doc martins, iroquoise et zadiste ? Cette éventualité semble assez peu probable. 

Alors la vraie question à se poser est celle-ci : qu’est-ce qui bafoue le plus la loi, la situation qui prévalait sur le Larzac au moment de l’affrontement, lorsque les uns s’opposaient aux autres sous le regard de tous les journalistes de France, ou bien la situation pacifique qui règne depuis 1982 ? Avoir conclu des baux avec ceux qui restaient sur le plateau du Larzac, est-ce une manière de donner raison à la chienlit, ce coin de France est-il devenu une zone de non-droit ? 

En politique, il y aura toujours ceux qui pensent qu’il faut privilégier l’ordre au risque de l’injustice, et ceux pour qui l’injustice est le pire des désordres. 

Intervenants
  • Docteur en sociologie et producteur des Matins de France Culture
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......