LE DIRECT
Les logos des groupes automobiles PSA ET Opel, le 9 novembre 2017, à Ruesselsheim, en Allemagne.

PSA contre Opel : mentir comme un constructeur automobile

1 min

Avant on disait « mentir comme un arracheur de dents » - c’était méchant pour les dentistes -, maintenant on devrait dire « mentir comme un constructeur automobile ».

Les logos des groupes automobiles PSA ET Opel, le 9 novembre 2017, à Ruesselsheim, en Allemagne.
Les logos des groupes automobiles PSA ET Opel, le 9 novembre 2017, à Ruesselsheim, en Allemagne. Crédits : ARNE DEDERT - AFP

Qu’est-ce qu'il se passe quand deux délinquants se font des procès ? C’est écrit dans Les Echos aujourd’hui, le constructeur automobile PSA estime qu’Opel n’a pas été transparent en matière de CO2. Je rappelle que PSA a racheté Opel et, tenez-vous bien, Opel aurait triché sur la pollution causée par ses voitures. 

Le prix de l’humour politique a été décerné hier, j’imagine que le prix de l’humour économique c’est aujourd’hui : un constructeur automobile accuse un autre de tricherie sur les émissions polluantes. C’est un peu comme si Al Capone attaquait Pablo Escobar pour malhonnêteté. 

Donc PSA aurait été grugée par Opel, puisque les voitures Opel polluent plus que la limite fixée par l’Union européenne, mais dans le même temps, tous les constructeurs automobiles, ou alors presque tous, ont scrupuleusement truqués les tests de pollution. 

Du coup, il se pourrait bien qu’Opel triche, mais jusqu’à preuve du contraire, rien ne prouve que les autres ne trichent plus, ou plus exactement, ne soient en train de chercher un nouveau système pour tricher. 

Avant on disait « mentir comme un arracheur de dents » - c’était méchant pour les dentistes -, maintenant on devrait dire «  mentir comme un constructeur automobile ». 

Alors évidemment, PSA n’avait rien contre les mensonges tant que cela ne nuisait qu’à l’environnement, des moteurs polluants, ça ne posait aucun souci à l’actionnaire, mais là des amendes polluantes, c’est effectivement beaucoup plus embêtant. 

J’ai donc la solution pour que PSA s’intéresse à la qualité de l’air : proposer aux constructeurs automobiles de racheter l’atmosphère, vous verrez qu’ils en prendront soin, une preuve de plus que ce qui appartient à tout le monde n’appartient à personne.

Intervenants
  • Docteur en sociologie et producteur des Matins de France Culture
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......