LE DIRECT
Des dés à coudre à l'effigie de Johnny Hallyday.

Hommage aux hommages rendus à Johnny Hallyday

2 min

Au travers de Johnny Hallyday, les hommes et femmes politiques ont trouvé une figure populaire, une manière de nous rappeler que le people est à une lettre près le synonyme du peuple.

Des dés à coudre à l'effigie de Johnny Hallyday.
Des dés à coudre à l'effigie de Johnny Hallyday. Crédits : FRED TANNEAU - AFP

Je veux rendre hommage aux hommages rendus à Johnny Hallyday. Oui, et notamment aux femmes et aux hommes politiques, parce qu’ils ne sont pas comme nous. Non seulement ils ont de la peine suite à la disparition de Johnny, ils sont évidemment inconsolables, mais en plus, ils doivent mettre des mots sur cette peine. 

C’est ainsi que Marine Le Pen a dit, je la cite, « le taulier de la chanson française n’est plus ». J’en déduis donc que la chanson française est une taule, comme quoi, l’inconscient carcéral et punitif peut jaillir là où on l’attend le moins.

Le premier ministre, Edouard Philippe, se l’est joué plus sobre, on l’a connu plus inventif, il a rendu hommage, je cite, à « un artiste exceptionnel » : artiste exceptionnel, avouez que ça sent un peu le smic  du requiem, « un artiste exceptionnel qui a su conquérir de nouveaux publics », alors là, je crois que c’est surtout l’ancien Républicain venu à La République en Marche qui parle.

Boris Vallaud, député socialiste, donne lui dans le plagiat, il veut je le cite, « la foudre et l’éclair, l’odeur de poudre, le tonnerre », bref il cite du Johnny, mais étonnamment pas « quand mon corps sur ton corps, lourd comme un cheval mort ».

Emmanuel Macron quant à lui, a dit que Johnny était désormais au « Panthéon de la chanson française », et peut-être un jour qui sait, ça c’est moi qui le rajoute, au Panthéon tout court puisqu'il reste de la place. 

D’ailleurs Aurore Bergé, députée LREM, a renversé lors de son hommage à Johnny tout le pot de gomina, puisqu’elle a expliqué que l’émotion qui suit la mort de Johnny est comparable à celle suscitée par la mort de Victor Hugo, donc pourquoi ne pas enterrer Johnny en face de Victor, place des Grands Hommes. 

Alors je ne me perdrais pas en conjecture pour savoir si ces femmes et ces hommes sont sincères, car une chose est sûre, ce n’est pas tant à Johnny qu’ils rendent hommage, c’est plutôt au peuple de France : au travers d’Hallyday ils ont trouvé une figure populaire, une manière de nous rappeler que le people est à une lettre près le synonyme du peuple.

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......