LE DIRECT
Des consommateurs entrent dans le supermarché sans caisses "Amazon go" à Seattle, le 22 janvier 2018

Attente pour le supermarché sans attente d'Amazon

1 min

Amazon a ouvert hier un supermarché sans caisse

Des consommateurs entrent dans le supermarché sans caisses "Amazon go" à Seattle, le 22 janvier 2018
Des consommateurs entrent dans le supermarché sans caisses "Amazon go" à Seattle, le 22 janvier 2018 Crédits : STEPHEN BRASHEAR / GETTY IMAGES NORTH AMERICA - AFP

C’est l’image d’une longue file d’attente devant un magasin d’alimentation. Oui, c’est une image triste, et elle n’est pas tirée d’Allemagne année zéro ni de Rome ville ouverte, cette file d’attente a eu lieu hier à Seattle. Là où c’est très rigolo, c’est que cette queue se situe devant le premier supermarché Amazon sans queue aux caisses. 

Oui, Amazon a ouvert hier un supermarché sans caisse, grâce à une multitude d’astuces excessivement modernes que je n’ai pas à détailler, mais dès que vous vous saisissez d’un produit dans ce supermarché, Amazon le voit et vous le facture, tout cela est merveilleux puisque vous n’avez plus à passer aux caisses. Tout cela est merveilleux dit-on, puisque les individus n’en peuvent plus des queues, c’est paraît-il le seul progrès que l’on pouvait apporter au modèle traditionnel des hypermarchés. 

Et puis caramba, encore raté puisque si l’on en juge par cette photo, la queue est désormais à l’extérieur du magasin, autrement dit vraiment pas de chance. Pour le reste, il y a quelque chose de savoureux dans cette détermination qu’ont nos contemporains consommateurs à faire la queue pour voir disparaître leurs emplois. Le modèle du fordisme, on s’en souvient, était "mes ouvriers seront mes premiers clients", le modèle de l’amazonisme est un peu différent : "les ouvriers sont les derniers clients", plus exactement, il n’y a plus d’ouvriers, la seule question à se poser est comment faire pour qu’il y ait encore des clients. 

Au vu de cette queue qui s’étire devant le premier magasin sans queue créé par Amazon, je me dis que l’on a peut-être sous-estimé la révolution en cours. Il se pourrait que les machines payent désormais les humains pour faire leurs courses dans le premier supermarché entièrement mécanisé. 

Intervenants
  • Docteur en sociologie et producteur des Matins de France Culture
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......