LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Donald Trump, président des Etats-Unis d'Amérique.

Simmel, le sociologue qui explique Trump et le Brexit

2 min

Le sociologue allemand expliquait que, parce que les sociétés sont de plus en plus ramifiées, les hommes exercent des tâches de plus en plus fragmentées, et par conséquent il n’est plus possible d’embrasser la totalité du corps social d’un seul regard.

Donald Trump, président des Etats-Unis d'Amérique.
Donald Trump, président des Etats-Unis d'Amérique. Crédits : Eduardo Munoz Alvarez - AFP

Il y a quelque chose qui vous dérange dans le référendum italien...

Oui, c’est qu’on l’avait prévu. Parce que pour le reste, rien de ce qui se déroule ces temps ci n’est prévisible. Même la présidentielle autrichienne n’était pas prévue puisque les derniers sondages donnaient l’extrême droite en tête. C’est cela qui est nouveau, c’est que rien ne se passe comme prévu – le titre que Laurent Binet a choisi pour raconter la campagne présidentielle précédente, ce titre conviendrait bien plus pour la campagne actuelle, parce qu’à l’exception du début, la disqualification de DSK, tout lors de la précédente présidentielle s’est passé comme prévu.

Mais cette fois-ci, c’est le monde entier qui semble obéir à des processus aléatoires, depuis le Brexit tout devient possible, rien n’est devenu prévisible. Eh bien cette imprévisibilité du corps social, figurez-vous qu’un sociologue l’avait prévu, Georg Simmel.

Georg Simmel était un sociologue allemand. Mort en 1918, sociologue atypique vivant et écrivant en marge de l’université, écrivant sur des phénomènes n’intéressant pas le monde académique comme la mode, le secret ou le paysage. Et Simmel donne comme caractéristique à la modernité l’allongement des chaînes téléologique. La téléologie, rien à voir avec la théologie, c’est la science des finalités, l’allongement des chaînes téléologiques, c’est l’idée selon laquelle dans une société moderne, la finalité des choses est de plus en plus difficile à prévoir.

Parce que les sociétés sont de plus en plus ramifiées, les hommes exercent des tâches de plus en plus fragmentées, et par conséquent il n’est plus possible d’embrasser la totalité du corps social d’un seul regard. La modernité pour lui, c’est la complexité. C’est peut-être pour cela qu’il n’est plus possible de conjuguer le verbe prévoir au futur, que la prévision a un passé mais semble ne plus avoir d’avenir.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......