LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Capture d'écran du site Le Gorafi

Une nouvelle loi est née sur internet, à côté du point Godwin…

2 min

Cette nouvelle loi s’appellerait, selon Slate, la loi de Poe. Rien à voir avec Edgar Allan, loi de Poe parce que formulée par Nathan Poe, bloggeur spécialisé sur le créationnisme.

Capture d'écran du site Le Gorafi
Capture d'écran du site Le Gorafi

Si la formulation de cette loi demeure encore perfectible, il y a quelque chose à en tirer… L’idée de la loi de Poe : sur internet, sur les réseaux sociaux, où les excès sont légions, il est parfois difficile de savoir si l’on a affaire à du lard ou à du cochon, à une expression radicale ou à une expression destinée à ridiculiser la radicalité. Je vous donne un exemple, tiré des tweets adressés à France Culture…

Au sujet de la loi travail, un tweetos a parlé de chambre à gaz du social, et je pense malheureusement que cet individu était sérieux, pensant qu’il était légitime de faire des chambres à gaz une métaphore pour qualifier cette réforme du marché du travail. Mais, sur Twitter, on peut également trouver la phrase suivante, « ne me dérangez pas, je suis en réunion avec la CIA », manière de moquer les complotistes et ceux qui prêtent une influence excessive à certaines personnes, et là, évidemment, cette phrase n’est pas à prendre au sérieux.

Voilà deux usages de l’extrémisme sur internet, du troll comme on dit. Dans un cas, le troll s’exprime, dans l’autre, il s’agit de troller le troll pour le ridiculiser. Eh bien, selon la loi de Poe, il n’est pas toujours évident de savoir si l’on a affaire à un énoncé à prendre au premier ou bien au second degré, si qualifier la loi travail de chambre à gaz sociale est une manière de disqualifier la loi travail ou de disqualifier certaines critiques excessives de la loi travail. La loi de Poe a été forgée par internet mais, finalement, elle est aussi vieille que l’ironie, car parfois il n’est pas évident de savoir si quelqu’un est ironique ou pas. En témoigne l’exemple archi classique de Montesquieu, critique de l’esclavage mais faisant mine de le justifier en reprenant à son compte des arguments en sa faveur.

Et oui, jadis on disait que tout ce qui est excessif est insignifiant mais, avec internet, on se demande si ce qui est signifiant n’est pas nécessairement excessif.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......