LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Robert Doisneau 2/2

59 min

Une émission de Clémentine Deroudille, réalisée par Mydia Portis-Guerin. Avec des lectures de François Morel, Guillaume Poix et des archives issues du cd "Robert Doisneau, le braconnier de l'éphémère"

"Toute ma vie je me suis amusé, je me suis fabriqué mon petit théâtre."

Robert Doisneau

" La voix que vous venez d’entendre est celle de mon grand-père, Robert Doisneau. Cette année, cela fait vingt ans qu’il est mort. Cet homme dont je n’arrive toujours pas à adresser un patronyme convenable, que je nomme « papi » à 40 ans. Cet artiste dont les images n’en finissent pas de faire le tour de la Terre, qui est entré dans les livres d’histoire par inadvertance, connu par tous, célébré partout.

On me demande souvent « Comment était-il ? L’as tu bien connu ? L’as tu suivi dans ses reportages? »

Oui je l’ai si bien connu que pas une seule journée jusqu’à mes vingt ans ne s’est passée sans lui. J’exagère à peine.

Mon enfance en 24x36 comme celle de ma mère, de ma tante et de ma famille entière n’a pas été épinglée dans des grands albums mais rangée dans des grands tiroirs en fer, dans des classeurs et partagée ensuite dans des livres, des films et des expositions à travers le monde. En feuilletant ce faux album de famille, je voudrais dans l’espace de ces deux heures, parcourir avec vous la vie et l’oeuvre, indissociable, de cet humaniste forcené, amoureux des êtres et des lieux et ainsi montrer que derrière l’image carte postale dans laquelle on a parfois voulu l’enfermer, Robert Doisneau valait mieux que cela, lui, devenu sans en avoir l’air, l’un des plus grands photographes du siècle dernier..."

Palm Springs
Palm Springs Crédits : Atelier Robert Doisneau - Radio France
Sabine Azéma
Sabine Azéma Crédits : Robert Doisneau - Radio France
Robert Doisneau
Robert Doisneau Crédits : Robert Doisneau - Radio France

Biogr aphie : Robert Doisneau est né en 1912 à Gentilly, en banlieue parisienne.Jeunesse grise derrière les rideaux de macramé d'une famille petite-bourgeoise, il apprend à 15 ans le métier de graveur lithographe à l'école Estienne et entre dans la vie active en dessinant des étiquettes pharmaceutiques. 
C'est chez André Vigneau, dont il devient le jeune opérateur en 1931, qu'il découvre le monde de la création artistique qui l'animera désormais. Quatre années au service publicité des usines Renault soldées par un licenciement pour retards répétés, lui permettent d'accéder au statut convoité de photographe indépendant.
La guerre éclate alors mettant un frein brutal à ses projets. Dans l'euphorie des années d'après-guerre, bien qu'il soit quotidiennement soumis à la commande pour des raisons matérielles, il accumule les images qui feront son succès, circulant obstinément « là où il n'y a rien à voir », privilégiant les moments furtifs, les bonheurs minuscules éclairés par les rayons du soleil sur le bitume des villes.Quand il meurt en Avril 1994, il laisse derrière lui quelques 450 000 négatifs qui racontent son époque avec un amusement tendre et bienveillant qui ne doit toutefois pas masquer la profondeur de la réflexion, la réelle insolence face au pouvoir et à l'autorité et l'irréductible esprit d'indépendance.

Robert Doisneau
Robert Doisneau Crédits : Robert Doisneau - Radio France
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......