LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Eva Jospin, Le Passage

Art dehors, art pour tous ?

21 min
À retrouver dans l'émission

L'été est propice à l'éclosion des festivals d'art dans les villes. Est-ce que créer dans l'espace public, c'est parler à tous les publics ? Est-ce qu'en sortant l'art des musées, on le démocratise pour autant ?

Eva Jospin, Le Passage
Eva Jospin, Le Passage Crédits : Eva Jospin / Philippe Piron / LVAN

La période estivale est l'occasion de réinvestir autrement l’espace public et de questionner son rôle et ses enjeux sous un angle artistique. En ville ou ailleurs, les façons multiples dont on peut se ré-approprier le patrimoine commun, l’imaginaire urbain (à la faveur des beaux jours) sont autant de pistes pour tenter de faire évoluer les pratiques et les représentations.

Le Voyage à Nantes en est un belle illustration chaque été depuis 2012. Eva Jospin y présente son oeuvre Le Passage constituée de cordes de chanvre, de laiton de cuivre. Bien connue pour ses œuvres, souvent monumentales, liées à la nature, au végétal, à la fibre, au bois, Eva Jospin interroge l'espace et inscrit son travail dans un dialogue avec le lieu et ses usages.

Pascal Le Brun-Cordier est le fondateur et ancien directeur artistique de la Zone d’Activité Temporaire (ZAT) à Montpellier. Il est responsable du Master « Projets culturels dans l'espace public » à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Je n’ai pas fait "œuvre d’architecte". Par contre, j’ai beaucoup discuté avec l’architecte. Et surtout j’ai réfléchi à quel endroit je pouvais m’installer parce que ce passage [où se trouve l’œuvre] peut être traversé pour accéder à une nouvelle rue. C’est tout un quartier qui se reconfigure. Avant de faire tout ce travail, on n’avait pas encore complètement idée de l’usage qu’il y aurait. Et c’est intéressant parce que l’art dans l’espace public c’est aussi lié à un usage, et là, l’usage, on ne pouvait pas le deviner avant.                
Eva Jospin

Travailler dans l’espace public c’est être confronté à toute une série de singularités et d’obstacles puisque l’espace public n’est pas fait pour accueillir des projets artistiques. C’est donc tout de suite une négociation. Et c’est ce qui est passionnant dans la création : on négocie avec des propriétaires, des architectes des bâtiments de France, avec le vent, avec la pluie, avec les flux de piétons. C’est donc une aventure très excitante. Beaucoup d’artistes prennent appui sur le contexte, c’est ce qu’on appelle « l’art contextuel » pour imaginer des œuvres qui se nourrissent véritablement des singularités du lieu, de la création in situ.                
Pascal Le Brun-Cordier

L’art dans l’espace public a aussi une dimension contestataire. Ces manifestations qu’on évoque sont là pour glorifier la ville, créer une attractivité. Il est donc difficile de conserver un espace pour une création critique dans ce contexte. Mais il reste des artistes qui, de manière complètement sauvage, sans être dans la commande, interviennent, perturbent, créent des interpellations dans l’espace public. Et d’autre part, même dans ces programmations culturelles, type Le Voyage à Nantes, il y a des espaces pour créer du débat, de la polémique. Même si ces tentatives sont peu nombreuses, elles existent, et c’est assez réjouissant.                
Pascal Le Brun-Cordier

Quand on parle d’art dans l’espace public, on pense à toute l’histoire du graffiti mais il y a d’autres choses. Avant ça, l’art a toujours été extrêmement présent dans l’espace public. Il y a eu dans l’histoire un moment qui s’arrête car il ne peut plus y avoir de commanditaires et de mécènes qui demandent leur portrait ou une statue équestre ou bien une allégorie de la République ou un monument aux morts... On redécouvre l’art dans l’espace public mais c’est une constante de la ville puisque la ville est un monde créé, un monde dessiné.                
Eva Jospin

Intervenants
  • artiste
  • concepteur de projets artistiques et culturels, responsable du Master Projets culturels dans l’espace public à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......