LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
King Kong de Merian C. Cooper et Ernest B Schoedsack (1933)

Aux origines de King Kong

9 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de la sortie de son livre "Kong" le 16 août dernier aux Editions Grasset, nous recevons Michel Le Bris.

King Kong de Merian C. Cooper et Ernest B Schoedsack (1933)
King Kong de Merian C. Cooper et Ernest B Schoedsack (1933) Crédits : RKO RADIO PICTURES / COLLECTION CHRISTOPHEL - AFP

Deux jeunes gens sortent sonnés de la Grande Guerre. L’un, Ernest Schoedsack, a filmé l’horreur dans la boue des tranchées ; l’autre, Merian Cooper, héros de l’aviation américaine, sérieusement brûlé, sort d’un camp de prisonniers. Ils se rencontrent dans Vienne occupée, puis se retrouvent à Londres où naît le projet qui va les lier pour la vie. Comment dire la guerre ? Comment dire ce puits noir où l’homme s’est perdu – et peut-être, aussi, révélé ? Pas de fiction, se jurent-ils : le réalisme le plus exigeant. S’ensuivent des aventures échevelées : guerre russo-polonaise, massacres de Smyrne, Abyssinie, épopée de la souffrance en Iran, tigres mangeurs d’hommes dans la jungle du Siam, guerriers insurgés au Soudan… Leurs films sont à couper le souffle. On les acclame : « Les T.E. Lawrence de l’aventure ! » lance le New York Times. Eux font la moue. Manque ce qu’ils voulaient restituer du mystère du monde. Déçu, Cooper renoncera quelque temps – pour créer avec des amis aviateurs rien moins que… la Pan Am ! – avant d’y revenir. Ce sera pour oser la fiction la plus radicale, le film le plus fou, pour lequel il faudra inventer des techniques nouvelles d’animation. Un coup de génie. Une histoire de passion amoureuse, mettant en scène un être de neuf mètres de haut, Kong, que l’on craint, qui épouvante, mais que l’on pleure quand il meurt… Le film est projeté à New York devant une foule immense, trois semaines avant qu’Hitler ne prenne les pleins pouvoirs.
(Présentation de l'éditeur)

Écrivain, romancier et éditeur, Michel Le Bris défend une littérature ouverte sur le monde. C'est d'ailleurs l'objectif du festival qu'il a créé à Saint-Malo, "Étonnants voyageurs" en 1990. Il écrit sur des sujets aussi variés que l'histoire de l'Amérique, Stevenson, la Bretagne ou encore le romantisme.

Chroniques
8H55
4 min
La Vie intérieure
Les résolutions
Intervenants
  • écrivain et créateur du festival "Étonnants Voyageurs" de Saint-Malo
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......