LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
« Toutânkhamon, le Trésor du Pharaon »  Exposition du 23 mars au 15 septembre 2019 à la Grande Halle de la Villette

Exposition Toutânkhamon : pourquoi cette fascination pour l’Egypte ?

17 min
À retrouver dans l'émission

A l’occasion du succès de l'exposition « Toutânkhamon – Le trésor du pharaon » à La Grande Halle de La Villette (jusqu’au 15 septembre) qui a dépassé le million de visiteurs, Benoît Bouscarel reçoit Jacques Attali pour questionner notre fascination pour l'Egypte.

« Toutânkhamon, le Trésor du Pharaon »  Exposition du 23 mars au 15 septembre 2019 à la Grande Halle de la Villette
« Toutânkhamon, le Trésor du Pharaon » Exposition du 23 mars au 15 septembre 2019 à la Grande Halle de la Villette Crédits : Vincent Nageotte - IMG_TOUTANKHAMON - PARIS

France Culture s’est déjà fait l’écho de la magnifique exposition, visible en ce moment dans la grande halle de la Villette (à Paris), consacrée à Toutânkhamon, et au “trésor du pharaon », elle rassemble 150 pièces, découverte en même temps que le 11ème pharaon de la XVIII dynastie, par Howard Carter, il y a quasiment un siècle. Elle a dépassé le cap du million de tickets vendus et vient d’être prolongée jusqu’au 22 septembre. Pourquoi sommes-nous fascinés par cette Egypte, que dit-elle sur notre rapport à la fuite du temps et à notre empreinte sur notre écosystème ?

Sur l’Egypte antique :

Ce que l’on voit aujourd’hui est obscène puisqu’on l’a volé dans les tombeaux, pris dans les tombeaux, volé dans la plupart des cas, c’est une vision qui nous donne un regard sur les choses que les égyptiens ne voulaient pas que l’on voit et qui nous fascine parce que cela nous renvoi à la façon dont ce peuple pensait son immortalité qui est bien différente des notres. Jacques Attali

Nous sommes fascinés par des gens qui étaient là il y a 4000 ans et qui sont toujours là 4000 ans après. Que serons-nous dans 4000 ans ?

Sur le climat et les générations futures :

Cela renvoi à toutes les questions les plus actuelles sur le climat et sur la façon dont l’on traite les jeunes générations qui nous crient leur désir que nous prenions en comptes leurs futurs.

Nous sommes aujourd’hui dans un monde obsédé par le narcissisme, par l’instant (…) une instantanéité ruineuse.

Il y a même chez les pharaons et même chez les égyptiens une volonté de victoire de l’instant.

C’est vrai qu’il y a aujourd’hui un moment où tout est possible, à la fois le pire et le meilleur. On voit à la fois s’installer des techniques de dictature virtuelle généralisée, de jouissance de la servitude parce que il y a jouissance de cette peur de la mort qui nous amène à accepter d’être surveiller et de se surveiller soit même et en même temps il y a la possibilité, de ce que j’appelle les technologies positives, c’est-à-dire tout ce qui qui nous permettra de régler les problèmes du climat, les problèmes de la vie collective, les problèmes d’une société plus juste et plus bienveillante. Tout cela est possible à condition de faire basculer notre société vers la prise en compte, comme critère de décision, de : est-ce que c’est bon pour les générations futures ou est ce que c’est simplement bon pour notre bien-être instantané ? C’est le grand choix et le choix difficile pour les démocraties, c’est beaucoup plus faciles pour les dictatures de prendre en compte l’intérêt des générations futures.

Le droit de changer d’avis c’est le droit de rompre les contrats, ce que l’on fait d’ailleurs pour les contrats du logement aussi bien que pour les contrats de mariages, c’est donc le droit à la déloyauté. Il y a un incroyable continuum entre l’apologie à la liberté individuelle et l’apologie à la déloyauté et nos sociétés sont des sociétés de déloyauté institutionnalisée et en particulier de déloyauté à l’égard des générations futures. Ceci doit avoir des limites car la liberté ne peut pas suffire, elle doit être limitée non seulement par la liberté des autres mais aussi par celle des générations futures.

Sur le modèle de développement pour le monde :

Il est important de donner l’exemple mais il faut faire en sorte que cet exemple soit écouté et que les pays en développement comprennent que c’est leur intérêt de ne pas suivre notre exemple.

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......