LE DIRECT
Vue de l’exposition  It’s Urgent sous le commissariat d’Hans Ulrich Obrist. Médico - Social, Luma Arles, Parc des Ateliers, Arles, France, 2020.

Hans Ulrich Obrist, commissaire-curator : exposition "It's Urgent" pour la fondation LUMA à Arles

23 min
À retrouver dans l'émission

Hans Ulrich Obrist, commissaire-curator emblématique de la scène contemporaine, est l'invité de Chloë Cambreling. A ses côtés nous évoquerons son exposition "It's Urgent !" présentée à la fondation LUMA à Arles, ainsi que ses propositions pour un "New Deal" artistique après la crise du Covid.

Vue de l’exposition  It’s Urgent sous le commissariat d’Hans Ulrich Obrist. Médico - Social, Luma Arles, Parc des Ateliers, Arles, France, 2020.
Vue de l’exposition It’s Urgent sous le commissariat d’Hans Ulrich Obrist. Médico - Social, Luma Arles, Parc des Ateliers, Arles, France, 2020. Crédits : © Adrian Deweerdt

Art résolument politique

Le concept de l'exposition est simple : inviter de multiples artistes à répondre par des affiches à la question "qu'est-ce qui est urgent aujourd'hui ?". Les réponses se caractérisent par des  "thèmes récurrents" :  l'écologie et l'anthropocène sont évidemment très présents, au même titre que la justice sociale et les inégalités. Des thèmes que Hans Ulrich Obrist considère lui-même comme urgents.  Les artistes peuvent réaliser plusieurs affiches, jusqu'à quatre.

Eloge de la diversité

Un autre thème essentiel est celui qui rejoint l'idée de "mondialité" proposée par le poète, romancier et philosophe Edouard Glissant, c'est à dire une promotion d'un tout contre les séparations et les localismes : "la mondialité". Ce tout ne se construit pas en faisant disparaître les spécificités, bien au contraire. 

Si nous considérons la terre entière comme un élément fini, alors nous nous condamnons nous même.  Il faut considérer la terre entière comme un infini. C'est pour cela que je dis "le tout monde". "Le tout monde", ce n'est pas seulement le monde entier, mais c’est le monde tel qu'il sera demain au moment où il va nous réunir. (...) C'est ça notre horizon, et cet horizon là il est infini. Nous avons toujours à le poursuivre. Edouard Glissant.

L'exposition est née au début des années 2000, après des conversations entre Obrist et Glissant. Glissant estimait qu'il fallait que les expositions sortent des musées, et propose l'idée d'affiche. Semblable au "laboratoire" qu'il voulait créer, l'exposition d'aujourd'hui ne se veut ni "finie" ni "fixe" et "va continuer à évoluer".  De nouvelles affiches vont venir la nourrir, et elle en présente d'artistes locaux, arlésiens et marseillais. 

Espoir d'un "monde d'après"

L'art est porteur très fort d'espoir, pour Hans Ulrich Obrist, ainsi qu'essentiel dans les moments de crise, comme à l'époque du New Deal de Franklin D. Roosevelt, qui comprenait des commandes d'artistes. Le directeur de la galerie Serpentine, à Londres, a d'ailleurs appelé à ce que l'épidémie de la Covid-19 mène à des mesures similaires dans The Guardian.

Il y a beaucoup d'espoir dans cette exposition. Il y a beaucoup de solutions proposées par les artistes, des messages très positifs. Hans Ulrich Obrist.

C'est dans cette perspective qu'il estime qu'il est crucial de se poser la question du rôle de l'art dans la société en général. Hans Ulrich Obrist n'a cependant pas peur de l'éventualité d'un art plus digital et gratuit. Ces perspectives sont plutôt l'occasion d'imaginer de nouvelles formes d'expériences, introduisant une réalité qui n'est plus "virtuelle", mais "augmentée". 

C'est très important l'idée de l'expérience d'une exposition. Ça ne peut pas se remplacer. Hans Ulrich Obrist.

"It's urgent", Fondation LUMA à Arles, du 27 juin au 27 septembre 2020. 

Intervenants
  • commissaire d'exposition, critique et historien d’art, codirecteur des expositions et directeur des projets internationaux de la Serpentine Gallery de Londres

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......