LE DIRECT
Le texte de la pièce Anne-Marie la beauté, signée Yasmina Reza, a été publié chez Flammarion.

Yasmina Reza : "Le théâtre, c'est une partition"

22 min
À retrouver dans l'émission

Après avoir obtenu le prix Renaudot en 2016 pour "Babylone", Yasmina Reza, comptant parmi les dramaturges les plus jouées au monde pour avoir écrit des pièces à succès tel "Art" ou "Le Dieu du carnage" revient avec "Anne-Marie La Beauté", à voir à La Colline, à Paris, à partir du 5 mars.

Le texte de la pièce Anne-Marie la beauté, signée Yasmina Reza, a été publié chez Flammarion.
Le texte de la pièce Anne-Marie la beauté, signée Yasmina Reza, a été publié chez Flammarion. Crédits : JULIAN MARTIN - Maxppp

C'est une alchimiste des mots. Yasmina Reza, romancière, scénariste et dramaturge figurant parmi les plus jouées au monde, revient cette année avec Anne-Marie la Beauté, dont le texte a paru chez Flammarion en janvier. Au théâtre de la Colline à Paris, c'est André Marcon qui campe Anne-Marie, une comédienne qui évoque sa vie passée dans l'ombre d'une amie et rivale, dite "Gigi" alors que cette dernière vient de mourir. Il est question pèle-mêle d'amitié, de mort, de réussite, d'échec, du temps, de religion, de rapports entre les hommes et les femmes dans ce monologue, qui prend la forme d'une interview imaginaire donnée par une actrice de l'ombre comme il en existe des dizaines.

Ce qui est intéressant dans la transmutation comme homme, c'est que chaque geste prend un nouveau sens, spécifique, inédit.  Nous avons tout gardé d'André Marcon : sa voix, son corps, mais nous avons travaillé sur des préoccupations gestuelles féminines.  En prenant un homme, qui ne cherche pas à imiter une femme et qui n'est pas un travesti, cela prend un tour plus universel.

Pour moi, l'écriture de théâtre est une partition et je ne pense que musicalement, rythmiquement. Le thème doit apparaître de toute façon, donc je ne m'en occupe pas, mais je m'occupe du phrasé, du style, des silences et du rythme, tout ce qui relève de la musique. 

Il n'y a aucune légitimité de l'artiste à donner son point de vue public. L'artiste, celui qui invente des mondes qui n'existent pas, manie des instances terriblement contradictoires, de la mauvaise foi...  Ce n'est pas pour après, en tant que créateur, exprimer son propre point de vue.

A écouter également : l'entretien avec Sam Stourdzé, ancien directeur des Rencontres d'Arles nouvellement nommé, après 18 mois de vacance, à la tête de la Villa Médicis

Écouter
3 min
Entretien avec Sam Stourdzé, nouvellement nommé à la tête de la Villa Médicis

Pour aller plus loin : 

Chroniques

7H40
19 min

La Fabrique médiatique

Doit-on craindre les vidéos "deepfakes" ?

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......