LE DIRECT
Le réalisateur Martin Provost.

Martin Provost : "La salle est le lieu du cinéma par excellence"

25 min
À retrouver dans l'émission

Alors que le film "La Bonne épouse" ressort en salles lundi prochain, jour de réouverture des cinémas, le réalisateur de cette comédie féministe et réjouissante, Martin Provost, et l'actrice Noémie Lvovsky, qui y tient l'un des premiers rôles aux côtés de Juliette Binoche et Yolande Moreau.

Le réalisateur Martin Provost.
Le réalisateur Martin Provost. Crédits : Georges Fischer - Maxppp

La Bonne épouse, dernier film de Martin Provost est de nouveau sur les écrans ce lundi 22 juin, après une première sortie le 11 mars dernier. Le réalisateur de Séraphine, Violette, ou encore Où va la nuit, y dessine le portrait de trois femmes à la tête d'une école ménagère qui tachent d'inculquer à leurs ouailles les rudiments de parfaite femme au foyer. Une comédie franchement réussie, à la fois burlesque et très politique. 

Cette opposition entre le cinéma et les plates-formes, je la vois comme un faux débat : le cinéma reste le cinéma. Sa vocation est d'être vu avec d'autres personnes, dans le silence et l'obscurité. On n'y a pas la même disponibilité que lorsqu'on est chez soi. Maintenant, il faut que le cinéma soit assez exigeant pour que les gens acceptent de revenir dans les salles.  

L'idée de La Bonne épouse m'est venue en rencontrant une dame dans le Cotentin, qui m'a raconté comment, à 15 ans, elle a décidé de ne pas faire d'étude et d'intégrer une école ménagère comme ses amies, toutes filles de paysans. Elle m'a raconté comment elle avait dû tuer un lapin : là, j'ai une image, et j'ai vu Yolande Moreau !

Mes personnages sont toujours féminins. J'ai une part très féminine que j'exprime et que j'ai explorée toute ma vie. Je ne peux pas faire autrement : j'obéis à cela. (...) La création est androgyne : ce n'est pas une question d'homme ou de de femme. J'ai fait ce travail et suis en paix avec ces deux pôles. Je comprends très bien que les femmes se battent, c'est nécessaire et les révolutions sont douloureuses. Cette révolution, je l'ai faite en moi.

L'actrice Noémie Lvovsky y campe l'un des premiers rôles, bonne soeur ultra-rigide et dévouée à la cause, aux côtés de Juliette Binoche et Yolande Moreau. 

J'ai voulu aller chercher la folie de cette soeur qui travaille dans une école ménagère. Elle est pleine de frustration : la frustration surtout de ne pas pouvoir être un "héros", car les héros sont toujours masculins et elle est une femme.

Le cinéma d'auteur était fragile avant la pandémie. Il l'est encore plus aujourd'hui. Les tournages ont repris et ceux qui étaient en préparation ont commencé ou vont recommencer. Mais nous sommes dans l'incertitude.

Le Choix musical de Martin Provost ♪♫

  • Jamais je ne t'ai dit que je t'aimerai toujours - Jeanne Moreau

Pour aller plus loin : 

  • Retrouvez ici la filmographie complète de Martin Provost. 
  • Et celle de Noémie Lvovsky. 

La Bande-annonce de "La Bonne épouse"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques

7H45
14 min

La Fabrique médiatique

Médias et coronavirus (5) : le regard de Myriam Revault d'Allonnes.

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......