LE DIRECT
L'écrivaine, poètesse et traductrice Ryoko Sekiguchi.

Ryoko Sekiguchi : "Ce confinement a été un véritable laboratoire des cinq sens"

24 min
À retrouver dans l'émission

A l’heure où les restaurants s’apprêtent à rouvrir, rencontre avec l’écrivaine Ryoko Sekiguchi qui allie de manière singulière poésie et gastronomie, autrice entre autres ouvrages de "Nagori : la nostalgie de la saison qui vient de nous quitter" (P.O.L) et de "La Terre est une marmite" (Bayard).

L'écrivaine, poètesse et traductrice Ryoko Sekiguchi.
L'écrivaine, poètesse et traductrice Ryoko Sekiguchi. Crédits : François Guillot - AFP

L'écrivaine, poètesse et traductrice Ryoko Sekiguchi  jongle avec les mots comme avec les mets. Passionnée de gastronomie, elle vit entre les cultures japonaises et françaises. En plus d'organiser régulièrement des rencontres "performances" autour de la cuisine, elle a notamment écrit _Le nuage, dix façons de le prépare_r, paru aux éditions de l'Epure, Nagori, la nostalgie de la saison qui s'en va (POL) et a publié plus récemment chez Bayad une "petite conférence", La Terre est une marmite.

En discutant avec les chefs, je retiens trois mots-clés : la cuisine de lumière, la cuisine de confiance et la cuisine de prière. La prière, parce que le repas est ce moment où l'on pense à la terre, aux produits et aux producteurs. La cuisine de lumière, je l'ai entendue d'un chef de Bethléem. Il me disait que dans la ville, sans restaurants, il n'y a plus de lumière. La cuisine de confiance, quant à elle, est cette cuisine où nous faisons confiance aux aliments mais où les aliments nous font aussi confiance. 

Ce confinement a été un vrai laboratoire des cinq sens. J'a été affamée par les odeurs, celles qui viennent de la ville. Lorsqu'on est à la maison, il n'y que des odeurs prévisibles. Dans la ville, vous croisez les gens, il y a des odeurs de métro, de boutiques : on est en vie, avec beaucoup d'informations. Nous sommes bien le réceptacle du monde extérieur, sans lequel la vie n'existe pas. 

Je suis avant tout traductrice, dans le sens large, celui de relier les deux mondes : deux langues, deux domaines, deux grammaires, la grammaire culinaire et la grammaire littéraire. C'est un métier qui peut être un outil très fort en tant de pandémie. Tout le monde a vécu la même chose, de façon différente. Et l'échange d'idées et d'informations étaient très importantes. J'ai vu alors les bienfaits de la traduction. 

Le choix musical de Ryoko Sekiguchi ♪♫

  • Uta no Kajitsu - Nakamura Mizuki

Pour aller plus loin : 

Chroniques

7H45
13 min

La Fabrique médiatique

Médias et coronavirus (3) : le regard de Giuliano Da Empoli
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......