LE DIRECT
Roméo Castllucci

L’extrême création de Roméo Castellucci

19 min
À retrouver dans l'émission

Roméo Castellucci, metteur en scène, pour le Requiem de Mozart présenté au Festival d’Aix-en-Provence du 3 au 19 juillet

Roméo Castllucci
Roméo Castllucci Crédits : JOËL SAGET - AFP

Réveiller n’est pas provoquer. Figure du théâtre européen, il ne laisse jamais indifférent mais surtout ne fait rien gratuitement. 

Depuis 30 ans, le metteur en scène italien s’est inventé une langue et un style qu’il déploie de pièces en opéra. 

Après sa mise en scène remarquée d’"Il Primo Omicidio", l’oratorio de Scarlatti à l’opéra de paris à l’hiver dernier, il ouvre cet été le Festival international d’Art Lyrique d’Aix en Provence avec un requiem de Mozart. Entouré de Raphaël Pichon à la baguette et de son ensemble Pygmalion, chœur et orchestre. A voir, à écouter au Théâtre de l’Archevêché.

« La beauté pour être telle qu’elle est doit disparaître, autrement ça devient une forme de pouvoir, ça ne peut pas être une beauté éternelle. »

« J’imagine ce Requiem plutôt comme la contemplation sur la beauté d’une fleur. Ça peut être aussi une métaphore simple de notre vie. »

« J’ai un rapport difficile à la mystique, c’est vrai que la religion est un thème très fort, pas parce que je suis religieux, mais parce que c’est un thème indépassable. Sur le plateau, ce n’est pas un geste de foi, mais plutôt une critique profonde. »

Chroniques

8H56
3 min

3 minutes de philosophie pour redevenir humain

Pour George Orwell, "Être humain signifie essentiellement qu'on ne recherche pas la perfection"

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......