LE DIRECT
Le Pont de Bezons, reliant les Hauts de Seine au Val d'Oise au cœur du roman de Jean Rolin

Jean Rolin pour son ouvrage "Le Pont de Bezons" : "ma prédilection pour le Pont de Bezons est à la fois étrange et assez ancienne"

17 min
À retrouver dans l'émission

Jean Rolin sera l'invité de Guillaume Erner pour évoquer la publication de son dernier ouvrage," Le Pont de Bezons", dans lequel il raconte l'errance du narrateur entre Melun et Mantes, décrivant avec une précision particulièrement poussée ces berges de Seine.

Le Pont de Bezons, reliant les Hauts de Seine au Val d'Oise au cœur du roman de Jean Rolin
Le Pont de Bezons, reliant les Hauts de Seine au Val d'Oise au cœur du roman de Jean Rolin Crédits : OLIVIER BOITET - Maxppp

Voyager aux bords de Seine

Au point de départ de l'ouvrage se trouve une fascination pour les tramways. Lorsque ces derniers sont apparus, Jean Rolin empruntait occasionnellement le T2, qui relie la porte de Versailles et le pont de Bezons. Si le nom le séduit, évoquant une "tradition de roman ou de cinéma populiste français", l'écrivain ne s'était toutefois jamais rendu jusqu'à cet arrêt final, entretenant un mystère certain sur ledit pont. Se renseignant sur celui-ci, il prend conscience de son apparition dans une nouvelle de Maupassant et dans une préface de Céline. 

On voit des gens, toutes sortes de choses qui donnent une idée de l'état actuel de la société et de ce qui se passe dans la société.  Jean Rolin.

Il décide donc de placer le pont au cœur d'un itinéraire suivant le cours de la Seine, entre Mantes et Melun. Cette observation donne lieu à un portrait actuel des berges de la Seine, entrecoupé de références historiques et d'une histoire familiale secrète. Jean Rolin raconte donc la désindustrialisation, les communautés d'origine étrangère, les pêcheurs, les lieux désaffectés ou les animaux. Un "voyage dans le lointain", "sans avoir besoin d'aller loin".  Il rend compte avec une précision extrême de la fermeture d'un Macdonald ou de ses repas dans un Courtepaille. Les berges de la scènes sont minutieusement décrites sur une distance à vol d'oiseau de cinquante kilomètres, formant une "diagonale assez élégante", représentée par une carte sur la page d'ouverture.

Secret de famille

De manière fortuite, en marchant au pied de la terrasse de Saint-Germain-en-Laye, Jean Rolin fait face à une maison qui lui est familière. Il reprend alors contact avec une cousine et entretient avec elle un contact épistolaire, abordant leur histoire familiale comme les deux couvées de cygnes dont il assistent à l'éclosion en même temps.  

Au cœur des anecdotes familiales, se niche la description de contraste sociaux. L'héroïsme et la réussite du père de Jean Rolin, médecin et soldat aux côtés des Forces Françaises Libres, côtoient l'erreur d'un jeune frère pourtant adoré, engagé auprès de la Légion des Volontaires Français contre le Bolchévisme. L'histoire de ce jeune frère est à la fois malheureuse et fascinante : du désert aux Etats-Unis, en passant par les Pyrénées, il travaille pour l'industrie automobile ou construit des radars.

Enfin, il a fait des métiers très étranges, assez durs généralement, et on peut dire qu'il a payé pour ses péchés alors que c'était par ailleurs le meilleur homme du monde. Jean Rolin.

Attrait pour l'eau

Jean Rolin aurait rêvé d'être marin au long cours sur un cargo. Il est trop tard pour "aller à l'école et apprendre un métier", alors la fascination pour la Seine peut traduire ce "regret". Un fleuve dont les abords sont de moins en moins sauvages, de plus en plus aménagés, de moins en moins naturels. Si cette transformation est incontestablement bénéfique au public, l'écrivain considère que le lieu perd de sa "poésie". 

Le Pont de Bezons, Jean Rolin. Editions P.O.L. 240 pages.

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......