LE DIRECT
Les feux incontrôlables se multiplient dans le monde

Joëlle Zask : "Les méga-feux nous placent devant une responsabilité écologique immédiate"

19 min
À retrouver dans l'émission

Notre invitée vient de remporter le Prix Pétrarque de l'Essai France Culture 2020 pour son ouvrage “Quand la forêt brûle : penser la nouvelle catastrophe écologique”. Son livre est un appel à comprendre ce phénomène écologique inédit et alarmant que sont les méga feux.

Les feux incontrôlables se multiplient dans le monde
Les feux incontrôlables se multiplient dans le monde Crédits : SAEED KHAN - AFP

De l’Australie, au Canada en passant par la Sibérie, ces incendies progressent, gagnent en amplitude chaque année et sont l’une des conséquences d’un dérèglement climatique qui s’accroît. Mais derrière le ravage causé par les flammes, les dégâts ne sont-ils pas plus importants pour l’être humain, incapable de réduire l’ascendance prise par ces feux ? Ces brasiers sont-ils la catastrophe écologique majeure de notre époque ? 

Pour en parler, Joëlle Zask, enseignante-chercheuse au département de philosophie de l’université Aix-Marseille, lauréate du prix Pétrarque de l'essai France Culture 2020 pour son livre Quand la forêt brûle. Penser la nouvelle catastrophe écologique aux éditions Premier Parallèle est notre invitée. 

Joëlle Zask s'est penchée sur le sujet des méga-feux après que la forêt du Cap Bénat a brûlé à l'été 2017 : 

Je me suis intéressée aux feux en tant qu'usager, en tant qu'observateur, en tant que victime, victime relativement légère mais victime tout de même, puisque j'ai été confrontée à la disparition d'une forêt que je connaissais bien, et qui a été un déclencheur pour moi. C'est un feu qui m'a semblé anti-naturel, hors-normes, très dévastateur. Joëlle Zask

Selon la chercheuse, ce feu a provoqué chez les riverains "un sentiment de perte, de blessure profonde qui ne cicatrisera jamais, lié à la disparition d'un paysage familier qui les avait accompagnés, dans lequel ils avaient toutes sortes de souvenirs, dans lequel ils projetaient leur futur."

La lauréate du prix Pétrarque estime que ces feux sont des indicateurs, des révélateurs, des avertisseurs qui nous alertent sur ce qui est en train de se passer : 

 J'ai considéré ces feux comme un tremplin pour examiner les impasses dans lesquelles nos représentations dominantes des relations entre l'homme et la nature nous avaient placés. Les feux sont de tels révélateurs qu'ils ont joué un rôle pour expliquer le passage relativement écologique des résultats des élections municipales qui viennent d'avoir lieu. Joëlle Zask 

Je pense qu'il y a dans le feu quelque chose d'irrépressible. Ces méga-feux, des feux qu'on ne peut pas combattre et qu'on ne peut que prévenir, on ne peut pas les nier, les dénier, les dénigrer ni leur échapper. Contrairement à d'autres catastrophes écologiques qui sont plus lentes, plus progressives, les feux nous mettent devant une responsabilité immédiate. Joëlle Zask

L'autrice va encore plus loin : "Ces feux sont tous criminels, directement ou indirectement. Il faut préciser qu'ils voisinent au contact de feux saisonniers ou de feux dirigés qui sont d'une autre nature. Les méga-feux représentent environ 3% des feux de forêts aujourd'hui, mais ils brûlent 90% des surfaces."

Pour y faire face, Joëlle Zask insiste sur le fait que, même si ce sont des événements mondiaux, les solutions sont locales, en mobilisant les personnes qui sont directement concernées sur place. 

Compte tenu de l'ampleur de ce phénomène, certains parlent de Pyrocène pour qualifier cette période où les méga-feux font fureur. Notre invitée reprend également ce terme dans son ouvrage Quand la forêt brûle. 

Intervenants
  • Philosophe, enseignante à l'université Aix-Marseille, spécialiste de philosophie politique

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......