LE DIRECT
Âgé de seulement 24 ans, Klaus Mäkelä succéde à Daniel Harding, parti en août 2019, mais aussi à Daniel Barenboim, Herbert von Karajan, Georg Solti ou Paavo Järvi.

Klaus Mäkelä, nouveau directeur musical de l'Orchestre de Paris : "La musique n'a pas d'âge, mais une âme et un esprit"

19 min
À retrouver dans l'émission

Le prodige finlandais âgé de 24 ans, est le nouveau directeur musical de l'Orchestre de Paris, avec lequel il sera en concert jeudi 9 juillet 2020 à la Philharmonie de Paris.

Âgé de seulement 24 ans, Klaus Mäkelä succéde à Daniel Harding, parti en août 2019, mais aussi à Daniel Barenboim, Herbert von Karajan, Georg Solti ou Paavo Järvi.
Âgé de seulement 24 ans, Klaus Mäkelä succéde à Daniel Harding, parti en août 2019, mais aussi à Daniel Barenboim, Herbert von Karajan, Georg Solti ou Paavo Järvi. Crédits : FRANCOIS GUILLOT - AFP

L'école finlandaise des chefs d'orchestre

"Je viens d'une famille musicale. Mes premières mémoires de vie, c'est d'entendre de la musique" affirme celui qui, âgé de 24 ans seulement, est depuis le 18 juin 2020 le nouveau conseiller musical de l'Orchestre de Paris (et qui en deviendra le directeur musical dès l'été 2022). Originaire d'Helskinki, en Finlande, Klaus Mäkelä a fait ses débuts dans la direction d'orchestre dès l'âge de 12 ans au sein de l'académie Sibelius, école finlandaise où se sont formés  les chefs d'orchestre Esa-Pekka Salonen, Susanna Mälkki ou encore Mikko Franck, le directeur musical de l'orchestre philharmonique de Radio France. Leur point commun ? Ils ont tous été élèves de Jorma Panua, un des plus grands compositeurs finlandais.

La musique n'a ni âge, ni genre. Ce qui compte, c'est la façon dont on la gère, et non pas qui on est." Klaus Mäkelä

Diriger non pas un, mais deux orchestres

Egalement chef principal de l'orchestre philharmonique d'Oslo, en Norvège, Klaus Mäkelä, pose ses bagages entre deux villes et leurs orchestres après un début de carrière fulgurant. Voyageant à travers le monde, chef d'orchestre itinérant, il dirige celui de Paris pour la première fois en juin 2019. "C'était un coup de foudre. La découverte de la sensibilité des uns et des autres, et la façon dont la discipline  de cet orchestre a façonné ma propre manière de travailler." Bénéficiant du rattachement de l'Orchestre de Paris à la Philharmonie de Paris, le jeune directeur se réjouit d'être soutenu par "une des plus grandes maisons du monde" afin de ne jamais "délaisser la culture, car ce serait perdre notre identité en tant qu'êtres humains."

Retour sur scène, à la Philharmonie de Paris

Après un confinement prolifique, où l'arrêt des concerts lui a permis de travailler des partitions rares et anciennes, Klaus Mäkëla a déjà retrouvé la scène, et son public encore restreint, à Hambourg et à Munich, en Allemagne. 

Demain, c'est le public de la Philharmonie de Paris qu'il retrouvera, dans une salle comble (sans compter les sièges qui devront rester vides), autour de la Septième symphonie de Beethoven et du Tombeau de Couperin, de Maurice Ravel. Un retour enthousiaste à la culture vivante et en direct :

Les concerts sont une expérience collective extraordinaire car malgré tout chaque auditeur a son propre cheminement de pensée. Je suis sûr que le public est impatient de retrouver cela." Klaus Mäkelä

Pour plus d'informations concernant cet évènement : https://live\.philharmoniedeparis\.fr/concert/1114688/orchestre\-de\-paris\-klaus\-makela\-ravel\-beethoven\.html

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......