LE DIRECT
Nathalie Heinich dans son bureau en 1992

Nathalie Heinich, sociologue : "L'art contemporain déplace les frontières"

19 min
À retrouver dans l'émission

Nathalie Heinich, sociologue au CNRS, est aussi prolifique qu’éclectique : après la parution récente de son enquête sociologique sur le Pont-Neuf de Christo, elle s'apprête à publier un texte plus personnel, intitulé "La maison qui soigne : histoire de La Retrouvée"

Nathalie Heinich dans son bureau en 1992
Nathalie Heinich dans son bureau en 1992 Crédits : Louis Monier - Getty

En plus de quarante ouvrages, la sociologue Nathalie Heinich a porté son étude notamment sur le statut d'artiste et d'auteur, l'art contemporain, les identités en crise, l'histoire de la sociologie et les valeurs. Le 5 mars 2020 est paru une enquête qu'elle a menée en 1985, jusqu'alors inédite : Le Pont-Neuf de Christo : ouvrage d'art, oeuvre d'art, ou comment se faire une opinion (éditions Thierry Marchaisse). En parallèle, elle développe depuis 2013 avec Maisons perdues une activité plus littéraire et autobiographique, qu'elle poursuit dans un livre à paraître le 17 septembre 2020 : La maison qui soigne (éditions Thierry Marchaisse), récit du lien qui se noue entre un habitat et son hôte. 

L'art contemporain à la rencontre du grand public : le cas du Pont-Neuf de Christo

Il y a 35 ans, entre le 22 septembre et le 7 octobre 1985, un artiste encore inconnu du grand public décidait d'emballer le Pont-Neuf, à Paris, dans plus de 40,000 mètres carrés de toile, 13,000 mètres de corde et 12 tonnes de chaînes d'acier. Aujourd'hui, c'est à cet artiste, ou plutôt ces deux artistes, Christo Javacheff et Jeanne-Claude Denat de Guillebon, communément réunis sous le nom de  "Christo" que le Centre Pompidou dédie une exposition revenant sur le lien entretenu par les artistes avec Paris. 

Mari et femme, les artistes Jeanne-Claude et Christo formaient un couple emblématique de l'art contemporain
Mari et femme, les artistes Jeanne-Claude et Christo formaient un couple emblématique de l'art contemporain Crédits : Getty

Christo s'est fait connaître en France avec l'empaquetage du Pont-Neuf, mais à l'époque où cette oeuvre n'était encore qu'un projet, Nathalie Heinich fait ses premiers pas de sociologue en réalisant une enquête sur la réaction du grand public à cette proposition pour le moins surprenante. Cette année, la sociologue publie pour la première fois cette enquête, Le Pont-Neuf de Christo, où elle s'intéresse aux difficultés d'interprétation que présentait cette oeuvre d'art pour le public. 

Cette enquête m'a permis de découvrir ce qu'est l'art contemporain d'un point de vue sociologique. Je me suis intéressée à la façon dont les gens réagissent lorsqu'on leur présente un objet non identifiable. Pour beaucoup, c'était inconcevable de considérer comme une oeuvre d'art du tissu autour du pont qui, de plus, n'allait pas rester éternellement ! Cela allait à l'encontre de toutes les conceptions traditionnelles de l'art. Nathalie Heinich

Le Pont-Neuf empaqueté de Christo, en 1985
Le Pont-Neuf empaqueté de Christo, en 1985 Crédits : Pierre GUILLAUD - AFP

Cette proposition est emblématique de ce que fait l'art contemporain : il déplace les frontières. Il déplace la frontière entre art et non-art, entre un ouvrage d'art, un pont, et une oeuvre d'art. L'artiste propose un jeu de transgression des frontières traditionnelles, de ce que le sens commun estime devoir être. Nathalie Heinich

Avant son décès le 31 mai 2020, Christo Javacheff avait prévu un ultime coup d'éclat, toujours dans des proportions monumentales : empaqueter l'Arc de triomphe à Paris. Ce projet, qui fera de Paris la seule ville où l'oeuvre de Christo est intervenue plus d'une fois, a été maintenu et aura lieu entre septembre et octobre 2021, en partenariat avec le Centre Pompidou et le Centre des monuments nationaux (CMN). Si le grand public interrogé par Nathalie Heinich en 1985 était confus face à une oeuvre qui défiait l'entendement, il sera intéressant de voir quelle est la réaction de nos jours, à l'heure où le travail de Christo est devenu reconnaissable dans le monde entier. 

Qu'on est bien chez soi

"A ses heures perdues", comme elle le dit elle-même, Nathalie Heinich se consacre également à l'écriture littéraire. A paraître le 17 septembre 2020, son livre La maison qui soigne : histoire de "La Retrouvée" s'inscrit dans "une sorte de trilogie sur les maisons, à la fois au sens matériel des habitations et au sens généalogique" avec Maisons perdues (2012) et Une histoire de France (2018).

"La Retrouvée", c'est le nom de la maison que Nathalie Heinich a décidé d'acquérir, d'aménager, d'habiter, et finalement, d'aimer, à partir de 2012. Cette maison qu'elle qualifie, visite après visite, de "particulièrement moche" est devenue La maison qui soigne la sociologue. Ou comment le soin et l'attention que l'on peut porter à un espace sont capables de sublimer mêmes les plus viles apparences.

Je veux raconter une expérience paradoxale : partir de quelque chose que l'on n'aime pas, dont on n'estime que ce n'est pas notre genre, et où, par toute une série de processus, de travail qu'on y fait pour le rendre acceptable, et voir s'y créer un lien d'amour. Nathalie Heinich

Intervenants
  • Sociologue, directrice de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique)

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......