LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Hommage à Johnny Clegg / Les réussites d’Yves Cusset

18 min
À retrouver dans l'émission

Le chanteur sud-africain est mort hier, retour sur sa carrière avec l'historien Fabrice d'Almeida. Puis Yves Cusset, philosophe,pour "Réussir sa vie du premier coup" (Flammarion) et pour deux pièces au festival d’Avignon : Le tout petit prince minuscule et La philosophie enseignée à ma chouette.

Décédé mardi 16 juillet des suites d'un cancer, le chanteur Johnny Clegg, surnommé le "zoulou blanc", a eu un rôle majeur dans les années 80 (et depuis), en Afrique du Sud. Il disait de son combat qu’il était culturel et non pas politique. Il a incontestablement contribué à la chute de l’apartheid. Révélé mondialement en 1987 avec sa célèbre chanson, Asimbonanga, dédiée à Nelson Mandela, cet anthropologue de formation a inlassablement défendu la culture africaine.

On était à un moment un peu particulier. Il faut rappeler ce contexte. L’apartheid était puissant. Les gouvernements occidentaux comme celui de Margaret Thatcher refusaient de le sanctionner. Les Etats-Unis de Reagan soutenaient cet allié contre le communisme. Nelson Mandela était au fond de sa cellule à Robben Island. Et Johnny Clegg fait en 1987 son tube Asimbonanga qui dit « De l’autre côté de la baie, nous ne l’avons pas vu ».          
Fabrice d'Almeida

Johnny Clegg a ce courage de faire ses chansons qui vont être censurées en Afrique du Sud, de prendre des risques physiques pour défendre une cause qu’il a embrassée tout jeune.          
Fabrice d'Almeida

Comment réussir sa vie à coup sûr ? Et surtout « du premier coup », ce qui a son importance. Ils sont nombreux à nous promettre la recette du bonheur : gourous du développement personnel, coachs de vie, … auteurs d’ouvrages (pullulant !) promettant de trouver un sens à sa vie. Yves Cusset philosophe, comédien, homme de théâtre, s'attelle avec humour à décortiquer le phénomène dans son livre “Réussir sa vie”, publié chez Flammarion, qui est au premier abord un authentique livre de développement personnel…

C'est la parodie d'une ambiance langagière, d'usage langagier qui va bien au-delà des coachs, c'est parfois entre nous, c'est l'usage quotidien de la psychologie positive. (...) Le développement personnel nous donne l'injonction de vivre." Yves Cusset

La violence symbolique latente du développement personnel consiste à dire "nous allons t'aider à être plus heureux pour que tu sois plus efficace et productif". C'est un outil de réconciliation avec le monde tel qu'il est, avec sa violence libérale. Il y a un jeu stratégique qui consiste à laisser croire que l'entreprise serait l'espace du bonheur et de l'épanouissement." Yves Cusset

L'un des grands paradoxes du développement personnel, dans son usage entrepreneurial, c'est de dire que le bonheur n'est pas une fin en soi. " Yves Cusset

La pensée positive repose sur un principe, plus je positive, moins je pense. Je pense qu'il serait bon de retrouver une pensée joyeuse, pas une pensée coupable." Yves Cusset

Bibliographie

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......