LE DIRECT
Renaud Capuçon durant son concert à Lausanne, le 4 mars 2020

Renaud Capuçon en récital à Salzbourg : "C'est sur scène que l'on a l'impression de revivre"

17 min
À retrouver dans l'émission

Renaud Capuçon se produira le 20 août au festival de Salzburg, rendez-vous emblématique de la musique classique. Accompagné de Martha Argerich au piano, ils interpréteront des pièces de Prokofiev, Beethoven et Franck.

Renaud Capuçon durant son concert à Lausanne, le 4 mars 2020
Renaud Capuçon durant son concert à Lausanne, le 4 mars 2020 Crédits : FABRICE COFFRINI / AFP - AFP

Le festival de Salzburg, événement que Renaud Capuçon qualifie du plus grand festival européen de musique classique, aura bien lieu cette année. C'est "plus qu'important" et "presque normal" qu'il soit maintenu, après un arrêt forcé en raison du confinement. 

Jouer à travers un écran

Pendant cette période très particulière, Capuçon s'est filmé alors qu'il jouait chaque jour. Le musicien, très actif, a été contraint d'annuler soixante-huit concerts, et a donc voulu continuer à se produire pour les autres. Si il a subi, de son propre aveu, beaucoup de critiques dans son milieu, il est toutefois très heureux d'avoir pu "offrir un peu de musique" et  de recevoir en réponse des "message tellement forts et tellement sincères". 

Cette expérience ne se substitue pas à un concert face au public, bien au contraire, elle tend à renforcer le moment vécu dans ce dernier cas.

Retrouver le bonheur des concerts

Après cet intermède, les premiers concerts auxquels a participé le musicien étaient également enregistrés, sans public, début juin. Le retour du public a été "merveilleux" et l'intensité "décuplée". 

Quand je suis rentré sur scène pour la première fois devant un public "vrai", (...) j'ai eu les larmes aux yeux. J'ai réalisé à quel point ce public était précieux, était essentiel. On a beau jouer les plus belles pièces (...) dans notre chambre ou en petit comité, cela n'a rien à voir avec le fait de le partager, devant cent ou mille personnes, le nombre n'a pas beaucoup d'importance. Renaud Capuçon.

Le retour des concerts ne se fait pourtant pas sans son lot d'incertitudes. L'éventualité de nouvelles restrictions ne s'éloigne pas, et accroît encore l'intensité saluée par Capuçon.  Il considère malgré tout que les salles de concert de musique classique, dont la capacité est bien souvent inférieure à cinq mille spectateurs, devraient être ouvertes à nouveau, sans distanciation sociale. Le port du masque suffit à ses yeux, même s'il comprend la complexité de la situation à laquelle fait face le gouvernement.

Ce n'est toutefois pas ce sujet qu'il a abordé en priorité avec Roselyne Bachelot lorsqu'il a rencontré la ministre de la Culture juste après sa nomination, mais avant tout celui des quelques 600 indépendants de France, oubliés par l'exécutif depuis le début de la crise.

Une interprète lumineuse

Ses représentations à Salzburg auront lieu avec la pianiste Martha Argerich. Il n'a pas de mots assez élogieux pour sa musique, et son admiration est explicite dans ses paroles.

C'est une musicienne exceptionnelle, qui a un sens inné du rythme, qui a une assise rythmique absolument incroyable. On connaît sa virtuosité, on connaît sa façon incroyable de déclamer des phrases musicales (...), on connaît sa dextérité (...). Ce qui me fascine le plus chez elle, et elle a près de quatre-vingt ans, c'est cette jeunesse dans l'interprétation. (...) Jouer avec elle, c'est la chose la plus exceptionnelle qui puisse arriver". Renaud Capuçon.

Les compliments à son égard sont aussi dirigés envers la femme qu'elle est, décrite comme "totalement libre". Capuçon, tout en confessant qu'il est difficile de comprendre ce caractère sans la connaître, dessine une "personnalité solaire", marquée aussi par sa générosité envers de jeunes pianistes, qu'elle conseille et "aide financièrement".

Nouvelle frontière

La saison 2021-2022 sera le début pour Renaud Capuçon de l'adoption d'une "nouvelle peau". Les musiciens de l'Orchestre de Chambre de Lausanne l'ont désigné par le vote afin de les diriger. Il parle d'une "nouvelle frontière" à franchir lorsqu'il se prépare à se produire sans son instrument. 

Je l'aborde avec beaucoup d'humilité, beaucoup de sérieux, je travaille. (...) J'ai toujours su que cette façon de faire de la musique (...) serait une chose qui ferait partie de ma vie. Renaud Capuçon.

Jusqu'en 2025, il pourra "communiquer" et "apprendre" avec les musiciens. C'est ainsi qu'il conçoit son futur poste de directeur artistique, dans une relation avec l'orchestre dont le choix l'a beaucoup touché sera avant tout marquée par le respect. 

Une dernière certitude l'anime : cette future position, qu'il avait réfléchi à adopter un jour depuis longtemps, ne l'empêchera pas pour autant de continuer à jouer.

Festival de Salzburg, du 12 au 30 août 2020

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......