LE DIRECT
L'auteur Serge Mestre et son dernier ouvrage "Regarder"

Serge Mestre : "J'ai voulu rendre à Gerda Taro sa dimension de combattante antifasciste, amoureuse et féministe"

27 min
À retrouver dans l'émission

« C’était une photographe, ce fut une oubliée de l’Histoire, c’est devenue une icône ». Voilà ce qu’écrit aujourd’hui le critique Olivier Mony à propos de Gerda Taro, née en 1910 et morte tragiquement 27 ans plus tard en Espagne, et qui fut l’une des premières femmes reporters de guerre.

L'auteur Serge Mestre et son dernier ouvrage "Regarder"
L'auteur Serge Mestre et son dernier ouvrage "Regarder" Crédits : DR

Après avoir écrit sur le poète Federico Garcia Lorca dans Ainadamar, La fontaine aux larmes, Serge Mestre poursuit son exploration romanesque de la jeunesse exaltée fauchée par l'Espagne franquiste avec Regarder, un roman qui restitue à la photographe Gerda Taro toute sa singularité. Gerda Taro, née en Allemagne en 1910 et réfugiée à Paris, fut la compagne du photographe Robert Capa. 

Une fois en France, Gerda Taro a très vite compris qu’il se passait quelque chose de très important en Espagne, ce qui sera le prélude de la Seconde Guerre mondiale. En jeune combattante antifasciste, elle avait pour ambition de photographier la victoire des Républicains, une victoire qu'elle ne vit jamais. Elle est morte écrasée par un char à Madrid en 1937. Elle avait 27 ans. Une vie follement romanesque pour une étoile filante qui voulait vivre à toute allure. 

C'est en allant à une exposition au Musée d'art et d'histoire du judaïsme à Paris que j'ai découvert les photos de Gerda Taro. L'exposition sur la « Valise mexicaine », ces 4500 clichés pris pendant la guerre civile espagnole par le tandem Capa/Taro avec leur compagnon de route David Seymour, alias Chim. J’ai découvert cette femme formidable, fabuleuse et féministe. J’ai essayé d’écrire comme elle aurait parlé, je me suis inventé à sa place pour mettre en récit leurs images.  

Serge Mestre à propos de son choix musical, L'Espoir de Léo Ferré : « Mes parents étaient des réfugiés espagnols. J’avais un peu plus de vingt ans quand cette chanson est sortie et je me suis dit qu’enfin, on parlait des Espagnols ! ». 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

La photographe Catalina Martin-Chico, Prix Canon de la femme photojournaliste en 2017, qui expose ses photos sur la Colombie au Havre jusqu'au 12 avril :

Gerda Taro est très inspirante dans ce qu’elle a de plus engagée. Je pense que l’on est obligé d’être comme cela dans le métier. Elle représente la visibilité des femmes, c’est grâce à elle que les choses sont plus simples pour nous photographes femmes aujourd’hui. J’essaye de raconter l’histoire avec un grand "H" via des histoires humaines. J’aime être au plus près des gens pour raconter leurs petites histoires pour raconter les grandes.

Pour aller plus loin : 

Chroniques

7H40
18 min

La Fabrique médiatique

Abus sexuels dans l’Eglise : comment la presse religieuse traite-t-elle le sujet ?

Bibliographie

RegarderSabine Wespieser éditeur, 2019

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......