LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des membres de la police des frontières afghane parcourent un avant-poste sévèrement endommagé par une frappe aérienne dans le quartier de Nad Ali dans la province d’Helmand, le 10 juin 2017.

Afghanistan, au-delà du chaos (2ème partie)

18 min
À retrouver dans l'émission

Le 31 mai dernier, la capitale de l‘Afghanistan subissait, avec plus de 150 morts, son attaque la plus meurtrière depuis le départ des talibans en 2001. Un attentat sous forme d’avertissement au gouvernement afghan et à la communauté internationale qui regarde vers la Syrie et l'Irak.

Des membres de la police des frontières afghane parcourent un avant-poste sévèrement endommagé par une frappe aérienne dans le quartier de Nad Ali dans la province d’Helmand, le 10 juin 2017.
Des membres de la police des frontières afghane parcourent un avant-poste sévèrement endommagé par une frappe aérienne dans le quartier de Nad Ali dans la province d’Helmand, le 10 juin 2017. Crédits : NOOR MOHAMMAD - AFP

Face à la multiplication des attaques et à l’extension du territoire des talibans qui contrôleraient aujourd’hui 40% du pays, territoire qui abrite un tiers de la population afghane, la plus longue guerre menée par les Etats Unis revient 16 ans après son départ parmi les préoccupations principales des organisations internationales. Existe-t-il une perspective crédible pour la paix en Afghanistan ? Et comment continuer à vivre au-delà du chaos ? Nous recevons aujourd’hui Karim Pakzad, chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Afghanistan. Accompagné de Sonia Kronlund, journaliste, productrice à l’émission les Pieds sur Terre sur France Culture, réalisatrice du documentaire “Nothingwood” qui sort aujourd’hui en salles et était sélectionné à Cannes le mois dernier dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs.

"Salim Shaheen efface les frontières entre fiction et réalité"

Votre film Sonia Kronlund s’intitule NothingWood, soit l’équivalent du Hollywood afghan avec très peu de budget. Vous y filmez Salim Shaheen, un réalisateur qui a déjà tourné 110 films. On se dit que dans ce contexte afghan la fiction a une importance particulière.

Salim Shaheen efface un peu les frontières entre fiction et réalité. Il peut transformer une caserne militaire en une scène de l'un de ses films. La frontière entre celui qui regarde, celui qui joue et celui qui filme est assez poreuse, et c’est que ce qui donne à ses films ce côté à la fois bordélique et joyeux. Sonia Kronlund

Comment compose-t-il avec les Talibans ?

Il y a les talibans radicaux qui ne supportent pas les images, mais il y a aussi des talibans modérés auxquels Salim Shaheen envoie des cassettes de ses films. Sonia Kronlund

Aujourd’hui la situation en Afghanistan est pire que celle qui prévalait il y a quinze ans. Qu’en pensez-vous Karim Pakzad ?

Hier soir le secrétaire d’Etat à la défense américaine a reconnu que les talibans se renforçaient, et a dit que la victoire n’était pas en vue. Il a également évoqué la nouvelle stratégie américaine vis-à-vis de l’Afghanistan, qui passerait surement par l’augmentation du nombre de soldats mais aussi peut-être par un travail régional, et c’est cette dernière direction qui est intéressante. Karim Pakzad

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"La presse est beaucoup plus libre en Afghanistan que dans les pays voisins"

Comment fait-on pour filmer en Afghanistan ?

Ce n’était pour moi pas tellement difficile, car Salim Shaheen prend tellement de place que lorsque je le filme les gens ne regardent que lui et ne s’intéressent pas du tout à moi. Sonia Kronlund

Si l’on peut filmer en Afghanistan, c’est parce que, depuis l’intervention américaine il y a seize ans, une chose positive s’ y est produite : la liberté de la presse. Malgré des limites, la presse est beaucoup plus libre en Afghanistan que dans les pays voisins. Karim Pakzad

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques
8H40
4 min
La Vie numérique
Pour un réseau social vide et sans personne

Bibliographie

Affiche du documentaire Nothingwood de Sonia Kronlund

NothingwoodSonia KronlundPyramide Distribution, 2017

Intervenants
  • chercheur à l'IRIS, spécialiste de l'Irak, de la Syrie, de l'Afghanistan et de l'Iran
  • Productrice de l'émission "Les Pieds sur terre", sur France Culture et documentariste.
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......