LE DIRECT
Manifestants pro PMA pendant la Marche des fiertés à Lyon

PMA, GPA, conservation d’ovocytes : retour sur l’avis du Comité d’éthique (2ème partie)

17 min
À retrouver dans l'émission

Promise par F. Hollande pour être finalement enterrée en 2013 devant l’opposition virulente de la Manif pour Tous, l’ouverture de la PMA aux femmes célibataires et homosexuelles pourrait intervenir au cours du quinquennat actuel. Pour en discuter dans Les Matins nous recevons René Frydman.

Manifestants pro PMA pendant la Marche des fiertés à Lyon
Manifestants pro PMA pendant la Marche des fiertés à Lyon Crédits : PHILIPPE DESMAZES - AFP

Retrouvez la première partie de l'émission ici.

Quel est votre sentiment sur la façon dont le gouvernement appréhende les dossiers liés à la procréation ?

La seule chose concrète que je puisse dire, c’est qu’on a signé un manifeste qui a fait l’objet d’un livre autour de la PMA, publié en janvier, et que j’ai envoyé à tous les candidats à la présidentielle. Deux m’ont répondu, Emmanuel Macron et Bruno Le Maire. Celui avec qui j’ai engagé le dialogue parce qu’il l’a suscité, c’est le président actuel. J’ai trouvé une écoute, un regard direct et une volonté de comprendre. René Frydman

Aujourd’hui quelles sont les recherches menées en matière de procréation ? Restent-ils des zones d’ombre ?

C’est parfaitement obscur, il y a une part d’aléatoire. On n’est pas en mesure d’expliquer pourquoi le processus n'a pas marché ni pourquoi il a marché.Ce que l’on constate, c’est que 60% des embryons constitués in vitro ne vont pas s’implanter, et 80% dès qu’on avance en âge. Les recherches doivent se faire et se font vers une meilleure compréhension et pour être beaucoup plus efficaces.

Quelle est votre avis par rapport à la position défavorable du Comité Consultatif National d’Ethique en ce qui concerne la congélation des ovocytes ?

Je ne comprends pas cette position. Sur le principe, quelle est la raison qui empêche une femme de conserver ses ovocytes alors qu’elle est informée que l’âge va être détériorant ? Ce n’est pas respectueux de l’autonomie des femmes. Elles ont tout à fait le droit d’être informer, de décider. Pourquoi ai-je la liberté en tant que médecin de congeler le sperme d’un homme et pas les ovocytes d’une femme ?

La dernière décision du Comité National d'Ethique portait sur les mères porteuses. Vous avez toujours considéré que c’était une étape à ne pas franchir.

Oui, parce que je reviens toujours à ce qui me guide : est-ce c’est délétère pour quelqu’un ? Or, oui, pour la femme dont le corps est commercialisé. Je trouve que c’est un manque de respect. Je pense qu’il faut être très ferme : non seulement il faut s’opposer au principe de la GPA, mais il faut que la France soit moteur sur l’abolition de cette pratique.

Chroniques

8H40
3 min

La Vie numérique

PMA : ce sont encore les femmes qui en parlent le mieux (dans les forums)
Intervenants
  • médecin spécialiste de la reproduction et du développement de l’assistance médicale à la procréation en France, producteur à France Culture de Matières à penser, auteur de « Intimité en danger » (PUF, 2019).
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......