LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Entre 150 à 400 personnes aux profils variés vivent en permanence sur la zad de Notre-Dame-des-Landes, dont le sort devrait être prochainement tranché.

Notre-Dame-des-Landes : quel avenir pour la ZAD ? (2ème partie)

25 min
À retrouver dans l'émission

Alors que le groupe de médiateurs a rendu son rapport le 13 décembre dernier, et qu’Edouard Philippe a rencontré des élus locaux lors d’une visite surprise à Notre Dame des Landes, le gouvernement devrait rendre sa décision sur le projet d’aéroport Grand Ouest dans les prochains jours.

Entre 150 à 400 personnes aux profils variés vivent en permanence sur la zad de Notre-Dame-des-Landes, dont le sort devrait être prochainement tranché.
Entre 150 à 400 personnes aux profils variés vivent en permanence sur la zad de Notre-Dame-des-Landes, dont le sort devrait être prochainement tranché. Crédits : ESTELLE RUIZ / CROWDSPARK - AFP

Nous voici à quelques kilomètres de Nantes, au lieu-dit La Rolandière au cœur de la commune de Notre Dame des Landes, dans la bibliothèque de la Zad : Zone d’aménagement différé qui s’est transformée depuis plusieurs années en Zone à défendre. 

Installation du plateau des Matins de France Culture, dans le Taslu, la bibliothèque de la ZAD
Installation du plateau des Matins de France Culture, dans le Taslu, la bibliothèque de la ZAD Crédits : Maïwenn Guiziou - AFP
Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La ZAD, qu'est-ce que c'est ?

On estime entre 100 et 200 le nombre de «zadistes» présents sur la zone. 150 personnes environ vivent sur le site de manière continue selon les communiqués récents des zadistes.  

"Je lutte donc je suis"... Dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, la lutte continue
"Je lutte donc je suis"... Dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, la lutte continue Crédits : Maïwenn Guiziou

La surface de terrain concernée par l’aéroport est de 1650 hectares, dont : 

o   450 hectares cultivés par les « paysans résistants » : ceux qui ont refusé de vendre leurs terres et se sont donc fait exproprier 

o   400 hectares de bois, forêt, routes et habitations

o   850 hectares de terres agricoles redistribuées chaque année par Vinci qui effectue des baux pour les agriculteurs qui ont accepté de vendre leur terre (mais continuent donc de les cultiver). Il y a quelques années, les zadistes, considérant que ces agriculteurs qui avaient vendu leurs terres à Vinci n’était pas légitimes à cultiver sur ces terres, se sont approprié 270 hectares de cette surface pour cultiver ou fabriquer : maraichages, élevages, atelier menuiserie ….Ce sont ces 850 hectares que les zadistes revendiquent si l’aéroport ne se fait pas. On trouve sur la zad plein d’activités différentes : production agricole, élevages, une brasserie, un studio de rap, une radio pirate, une boulangerie (le pain est fabriqué souvent avec la farine produite à la zad), un moulin pour la farine, une scierie, une menuiserie, une épicerie, un atelier réparation vélo, un restaurant, une auberge (en construction), une cantine collective, ils produisent aussi du fromage … 

Quelques dates-clés pour comprendre

C'est dans les années 60 qu'a émergé le projet d'un aéroport du Grand Ouest, dans un contexte de réflexion sur le développement de pôles régionaux, dont la métropole Nantes-St Nazaire.

En 1970, le site de Notre-Dame-des-Landes, à une vingtaine de kilomètres de Nantes, est retenu. Le choix est validé par le Comité interministériel d'aménagement du territoire. Michel Chauty, sénateur-maire de retour des USA, rêve pour Nantes d’un « Rotterdam aérien », une plateforme internationale de fret (en 2008, le fret à Nantes Atlantique : 9000 tonnes contre 1,6 millions de tonnes à Amsterdam et 2,1 millions de tonnes à Francfort…) La réalisation de l’aéroport est alors prévue pour 1985, avec des prévisions de 5 à 9 millions de passagers à l’horizon 2000 — alors que l’aéroport de Nantes-Atlantique atteindrait aujourd’hui 5,5 millions de passagers. 

En 1974, est créée une zone d'aménagement différé de 1225 hectares, avec pour le conseil général de Loire-Atlantique, un droit de préemption, un droit à acquérir en priorité les terres agricoles.

En parallèle, des habitants et agriculteurs se regroupent en association et dénoncent un projet inutile, trop cher et inadapté.

Pendant une vingtaine d'années, sur fond de crise pétrolière, le projet semble oublié. Il ressurgit en 2000, sous l'impulsion du député maire socialiste de Nantes Jean Marc Ayrault, relancé par le gouvernement de Lionel Jospin, dans un contexte de rééquilibrage territorial.

En 2008, un décret déclare le nouvel aéroport d'utilité publique, après avis favorable d'une commission d'enquête et un débat -biaisé, estiment alors les opposants, par le fait qu'aucun autre scénario crédible n'ait été envisagé. Des militants décident d'occuper la zone, rebaptisée "zone à défendre". 

En 2010, le groupe Vinci remporte l'appel d'offres pour la conception, le financement la contruction et l'exploitation du futur.Nous voici à quelques kilomètres de Nantes, au lieu-dit La Rolandière au cœur de la commune de Notre Dame des Landes, dans la bibliothèque de la Zad : Zone d’aménagement différé qui s’est transformée depuis plusieurs années en Zone à défendre. 

Nous en parlerons avec Dominique Fresneau, agriculteur, co-président de l’Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport (ACIPA),

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Jean-Marie Dréan, botaniste, membre des « Naturalistes en lutte »,

Sarah, paysanne sur la Zad, éleveuse de moutons,

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Victor, de la bibliothèque de Notre Dame des Landes,

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Jean, habitant de la ZAD.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Paysage de la ZAD
Paysage de la ZAD Crédits : Maïwenn Guiziou
Chroniques
8H45
3 min
La Théorie
"Saïgon" : comment aider la France à retrouver la mémoire ?
Intervenants
  • agriculteur, co-président de l’Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport (ACIPA)
  • botaniste, membre des « Naturalistes en lutte »
  • paysanne sur la Zad, éleveuse de moutons
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......