LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des centaines de “nationalistes blancs”, de néo-Nazis et de membres de l’"alt-right" marchent le long de la rue East Market en direction de l’Emancipation Park pendant le rassemblement de droite du 12 août 2017 à Charlottesville en Virginie.

Trump légitime-t-il les suprématistes blancs ?

20 min

A Charlottesville se tenait samedi un rassemblement principalement composé de groupes suprématistes blancs. De violents affrontements ont éclaté et une voiture a foncé dans la foule des contre-manifestants, provoquant la mort d'une jeune femme ainsi que plusieurs blessés.

Des centaines de “nationalistes blancs”, de néo-Nazis et de membres de l’"alt-right" marchent le long de la rue East Market en direction de l’Emancipation Park pendant le rassemblement de droite du 12 août 2017 à Charlottesville en Virginie.
Des centaines de “nationalistes blancs”, de néo-Nazis et de membres de l’"alt-right" marchent le long de la rue East Market en direction de l’Emancipation Park pendant le rassemblement de droite du 12 août 2017 à Charlottesville en Virginie. Crédits : CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP - AFP

Ce samedi 12 août prenait place à Charlottesville une manifestation pour réunir la «alt-right », nom désignant une frange de l'extrême-droite américaine. Ce rassemblement a été suivi par plusieurs centaines de personnes, dont majoritairement des suprématistes blancs, des membres du Ku Klux Klan, ainsi que des néo-nazis.
Des membres du Ku Klux Klan s'étaient déjà rassemblés le 8 juillet dans cette même ville afin de contester le déboulonnage d'une statue équestre représentant le général Robert Lee, qui a dirigé les troupes confédérées des Etats esclavagistes pendant la guerre de Sécession, ainsi que le changement de nom du parc: de Lee Park, il est devenu l'Emancipation Park.

Le samedi 12 août une contre-manifestation anti-racisme se tient face au rassemblement de l'alt-right et une voiture, conduite par James Fields, jeune homme de 20 ans proche du néo-nazisme, fonce dans la foule, tue une jeune femme de 32 ans et blesse 19 personnes.

Après la mort de cette jeune femme le président Donald Trump a fait une déclaration dans laquelle il condamne la violence émanant « de tous les côtés ». Critiqué pour cette prise de position, y compris par certains membres des Républicains - Le sénateur de Floride, Marco Rubio, a demandé à « entendre le président décrire les événements de Charlottesville pour ce qu'ils sont, une attaque terroriste menée par des suprématistes blancs » - Donald Trump est sommé de clarifier sa position. Lundi 14 août Trump finit par condamner explicitement « les néo nazis, le KKK et les groupes de haine ».

Cependant, le mardi 15 août Donald Trump déclare de nouveau déplorer une violence venue "de plusieurs côtés" et dit qu'il y avait "un groupe d’un côté qui était agressif et un groupe de l’autre côté qui était aussi très violent", ajoutant "qu"'il y avait des gens biens des deux côtés". David Duke, figure médiatique du suprématisme blanc et ancien membre du KKK ainsi que du parti néo-nazi, a remercié le président pour "son courage et son honnêteté".

Que penser de ce revirement ? Comment Donald Trump contribue-t-il à légitimer les suprématistes blancs ? Assiste-t-on à une recrudescence de mouvements racistes aux Etats-Unis ?
Nous recevons Soufian Alsabbagh, spécialiste de la politique intérieure des Etats-Unis et du Parti Républicain, et Romain Huret, historien spécialiste des Etats-Unis.

Intervenants
  • Écrivain, spécialiste des affaires intérieures américaines et du Parti républicain.
  • Historien des Etats-Unis, directeur d'études à l'EHESS
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......