LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes ICSI

Demain, tous stériles ? (2ème partie)

11 min
À retrouver dans l'émission

Le 25 juillet dernier, la revue "Human Reproduction Update" publiait un article démontrant que le nombre moyen de spermatozoïdes des hommes occidentaux avait diminué de moitié en 40 ans. L’occasion de s’interroger sur l’infertilité masculine et de ses potentielles causes.

Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes ICSI
Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes ICSI Crédits : PHANIE - AFP

L’article publié dans la revue Human Reproduction Update recense les résultats de 185 études réalisées entre 1973 et 2011 à partir d’un échantillon d’environ 43 000 hommes issus d’une cinquantaine de pays. Il ressort un constat inquiétant aux yeux des scientifiques : le nombre moyen de spermatozoïdes des hommes dans les pays occidentaux a décliné de moitié en près de quarante ans. Ainsi, la concentration de spermatozoïdes par millilitre est passée de 99 millions en 1973 à 47 millions en 2011. Parallèlement au déclin quantitatif, les scientifiques observent une dégradation dans la qualité du sperme seulement dans les pays les plus industrialisés.

La cartographie des résultats donne des pistes sur les potentielles causes de ce déclin, notons la forte exposition aux substances chimiques dans les pays occidentaux mais aussi l’hygiène de vie et la toxicité de l’environnement.

"Ce qui est étonnant c'est que cette baisse [du nombre moyen de spermatozoïdes] est inégale selon les régions en France" René Frydman

Bien que les causes de l’infertilité masculine soient encore à l’état de recherche, les perturbateurs endocriniens sont en tête de liste des accusés. En effet, ceux-ci participeraient à l’augmentation d’une variété de pathologies et de troubles courants tels que des cancers hormono-dépendants, l’infertilité, troubles neuro-comportementaux, diabète et obésité.

Mais à quoi l’infertilité fait-elle référence ? L’infertilité correspond à une aptitude diminuée à concevoir et à engendrer une descendance. Elle se différencie de la stérilité qui correspond, elle, à une inaptitude à de concevoir, de porter et de donner naissance à un enfant.

Cependant, René Frydman rappelle que même ""Pour un homme et une femme en bonne santé, ils n'ont que 25% de chances d'avoir, 9 mois après, un enfant. Le système de reproduction humain n'est donc pas très bon, par rapport aux animaux."

Des solutions ont été trouvées pour pallier l’infertilité masculine, par exemple l’ICSI (injection intracytoplasmique de spermatozoïdes) qui consiste à injecter un seul spermatozoïde le plus mobile dans un ovocyte. Cependant, des études montrent que cette procédure n'est pas sans conséquence sur l'enfant né après ICSI ou FIV (fécondation in vitro).

Dès lors, est-il possible de stopper la dégradation de la quantité et de la qualité du sperme dans les pays occidentaux ? Comment repenser la procréation compte tenu d’une tendance au déclin de la fertilité masculine ? Comment lever le voile sur le tabou que représente l’infertilité masculine dans nos sociétés ?

"Il y a une angoisse médicale des hommes mais qui ne remet pas en question leur virilité et le fait qu'ils sont des vrais hommes" Serge Hefez

"C'est une réflexion sur ce qu'est devenue la famille, le processus de parentalité et comment on peut adapter nos discours." Serge Hefez

Nous recevons René Frydman, Professeur spécialiste de la reproduction et du développement de l’assistance médicale à la procréation en France et Serge Hefez, psychiatre et psychanalyste familial et conjugal.

Chroniques
8H30
5 min
Le Journal de la culture
Festival du film francophone d’Angoulême / "The Last Tycoon"
Intervenants
  • médecin spécialiste de la reproduction et du développement de l’assistance médicale à la procréation en France, producteur à France Culture de Matières à penser, auteur de « Intimité en danger » (PUF, 2019).
  • Responsable de l'unité de thérapie familiale dans le service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......