LE DIRECT
Le Secrétaire d'Etat Mike Pompeo, lors d'un point sur les attaques dans le Golfe d'Oman le 13 juin 2019

Ormuz : une guerre pour un détroit ?

33 min
À retrouver dans l'émission

Le détroit d'Ormuz cristallise des tensions géopolitiques dans un contexte de durcissement des relations entre l'Iran et les Etats-Unis et d'instabilités régionales au Moyen-Orient. Benoît Bouscarel s'entretient avec Jean Rolin écrivain et journaliste et Marc Semo journaliste au Monde.

Le Secrétaire d'Etat Mike Pompeo, lors d'un point sur les attaques dans le Golfe d'Oman le 13 juin 2019
Le Secrétaire d'Etat Mike Pompeo, lors d'un point sur les attaques dans le Golfe d'Oman le 13 juin 2019 Crédits : WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / - AFP

Nous nous intéressons ce matin à l’un des points chauds de la géopolitique mondiale : le “détroit d’Ormuz”. C’est une zone sur-militarisée, extrêmement surveillée et tout à fait stratégique pour l’économie mondiale : 20% du pétrole consommé à l’échelle du globe y transite habituellement, en provenance du golfe Persique.

Le tableau est bien connu, la montée des tensions ces dernières semaines (et ces derniers mois) rappelle d’ailleurs, sur ces eaux, bien des épisodes des tumultueuses années '80, la liberté de navigation qui devrait présider aux mouvements des différents bâtiments (commerciaux ou militaires) dans le détroit n’étant jamais vraiment totale ces temps-ci, et les moindres incidents constatés pouvant provoquer le déclenchement d’un conflit armé.

A quel point ce qui se joue à Ormuz entre “l’Iran et ses soutiens” et les Etats-Unis, sur fond d’accord sur le nucléaire, concerne notre avenir proche ?

Face à la stratégie américaine de pression maximale, l’Iran répond par une stratégie de résistance maximale, avec une suite de provocations très calculées, très calibrées. Même si personne ne veut la guerre, parfois il y a des dérapages et des scénarios catastrophes qui s’enclenchent. (Marc Semo)

L’accord a servi, il a été utile, le problème est de le préserver et de le compléter. (Marc Semo)

La vraie question, et c’est là-dessus qu’on peut imaginer un compromis, c’est que les américains acceptent de remettre les exemptions sur les gros clients (Chine, Japon, Inde), ce qui permettrait de donner une bouffée d’oxygène à l’économie iranienne et de remettre sur le tapis un accord plus général qui englobe, outre le nucléaire, les questions balistiques et de sécurité régionale. (Marc Semo)

Ce qui est frappant dans cette crise, c’est qu’il n’y a pas d’impact sur le coût du baril de pétrole. Les États-Unis sont beaucoup moins dépendants du pétrole du Moyen-Orient qu’avant. Tout le monde est conscient que personne ne veut la guerre. Mais parfois, dans ce genre de situations, les choses vous échappent. (Marc Semo)

Si on veut voir de quels types d’armement les puissances occidentales disposent et mettent sur le marché, il faut se balader dans le Golfe. (Jean Rolin)

C’est toujours le même chantage sur le commerce maritime à travers ce goulot d’étranglement qu’est le détroit d’Ormuz. (Jean Rolin)

Le détroit d’Ormuz est la ligne de faille, la ligne de front du principal affrontement aujourd’hui au sein du monde musulman, qui oppose les deux puissances montantes régionales : d’un côté l’Iran, de l’autre l’Arabie Saoudite. (Marc Semo)

Jusqu’ici, malgré les accrocs, l’Iran n’a pas interdit son territoire aux inspecteurs de l’AIEA [Agence Internationale de l’Energie Atomique], et continue à jouer le jeu. (Marc Semo)

Chroniques

8H00
15 min

Journal de 8 h

JOURNAL DE 8H du jeudi 01 août 2019
8H30
5 min

Le Journal de la culture

Le Machu Picchu menacé par la construction d'un aéroport et par le tourisme de masse

Bibliographie

bibliography

OrmuzP.O.L, 2013

.

CracJean RolinP.O.L, 2019

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......