LE DIRECT
Emmanuel Macron, au Conseil européen

2019 : la France et l’Europe en quête de démocratie

51 min
À retrouver dans l'émission

Contesté à l’intérieur et isolé à l’extérieur, Emmanuel Macron aborde 2019 dans une situation délicate. Celui qui se voulait le président de l’Europe semble n’avoir plus qu’une marge de manœuvre bien réduite pour faire avancer l’Union, en cette année d’élection européenne.

Emmanuel Macron, au Conseil européen
Emmanuel Macron, au Conseil européen Crédits : Ludovic Marin - AFP

Contesté à l’intérieur et isolé à l’extérieur, Emmanuel Macron aborde 2019 dans une situation délicate. Celui qui se voulait le président de l’Europe semble n’avoir plus qu’une marge de manœuvre bien réduite pour faire avancer l’Union, en cette année d’élection européenne. Ce scrutin, traditionnellement négligé par les électeurs, s’avèrera crucial à deux niveaux. 

D’une part, il dira si le président a su ou non remonter la pente après la crise des « gilets jaunes ». La république en marche séduira-t-elle à nouveau les Français ? S’imposera-t-elle à Strasbourg aussi massivement qu’au Palais-Bourbon ? Les « gilets jaunes » présenteront-ils une liste ? Quel sera leur succès ?

De l’autre, ces élections reflèteront plus généralement l’état de l’Union, la perception du projet européen en France et parmi les 27. L’imminence du Brexit suscitera-t-elle un sursaut d’europhilie chez ceux qui restent, ou correspond-elle au contraire au début du déclin ? Les Européens se rendront-ils aux urnes, et si oui pour élire qui ? Les eurosceptiques peuvent-ils devenir majoritaires au parlement européen ?

A bout de souffle, l’Europe doit-elle se réformer ? Les réformes plébiscitées par Emmanuel Macron, en premier lieu desquelles on trouve la mise en place d’un budget commun, peuvent-elles suffirent à combler ce que beaucoup dénoncent comme un déficit de démocratie ? A l’heure où les appels à plus d’horizontalité se multiplient en France, ne faudrait-il pas y réfléchir également pour l’UE ? 

Pour en parler dans les Matins, nous recevons Bruno Cautrès, chercheur CNRS au CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po). Auteur de “Les Européens aiment-ils toujours l’Europe?” (La Documentation française, 2014), et Antoine Vauchez, directeur de recherche au CNRS au Centre européen de sociologie et de sciences politiques (Université Paris 1 - EHESS). Auteur de Démocratiser l’Europe (Seuil, 2014).

Les vœux présidentiels :

J’ai trouvé un Emmanuel Macron qui sur la forme avait trouvé une bonne tonalité, sur le fond je ne suis pas sûr qu’il ait pris toute la mesure de la crise que nous venons de traverser. Je ne suis pas sûr que ses paroles aient calmé l’angoisse qui se manifeste en France. Bruno Cautrès

L'Europe :

Un des paris d’Emmanuel Macron c’était de considérer qu’être un bon élève du point de vue budgétaire, c’était la condition d’une influence politique renouvelée de la France dans sa relation avec le partenaire allemand. Maintenant, il y a un effet boomerang : au moment de répondre à la crise sociale, la France rencontre à nouveau les contraintes européennes : pour avoir une politique économique ambitieuse, on doit enfreindre les règles budgétaires. Antoine Vauchez

Emmanuel Macron propose de rebattre les cartes du jeu politique français entre les progressistes et les conservateurs. La difficulté, c’est que les faits sont têtus. Quand on regarde les enquêtes, ce clivage entre progressistes et conservateurs existe bien, mais il y en a d'autres. Au centre du jeu, c’est : l’Europe au profit de qui ? Pour quelle publique ? A l’intérieur de ce qui veulent plus d’Europe, il y a aussi des controverses. Bruno Cautrès

Lorsqu’on regarde les votes des députés au Parlement européen, on voit que la division gauche-droite existe dans les activités quotidiennes, routinières des députés. A l’intérieur des différents Etats-membres, les différentes configurations politiques intérieures ne se sont pas toutes réorganisées autour du clivage progressiste-conservateur. Bruno Cautrès

Le grand problème d’une liste « gilets jaunes » aux élections européennes, c’est : pour quel discours sur l’Europe ? Il ne serait pas étonnant que le mouvement des « gilets jaunes » soit lui-même traversé par des dissensions sur l’Europe. Le jour où on se présente devant les électeurs, il faut quand même avoir un discours à tenir. Le processus de se présenter aux élections oblige à préciser son message. Bruno Cautrès

Il ne faut pas passer à côté des grands débats, des grandes questions qui vont devoir être posées : justice fiscale, politique d’immigration… C’est autour de ces questions politiques, et pas autour des chefs d’Etats, que devra se relancer la construction européenne. Antoine Vauchez

Chroniques

8H00
14 min

Journal de 8 h

Contrôle des chômeurs : certaines sanctions sont plus sévères qu'annoncées
8H16
4 min

Le Billet politique

Où en sont les relations entre la France et le Royaume-Uni ?
Intervenants
  • politiste, chercheur CNRS au Cevipof, professeur à Sciences Po Paris
  • politiste, directeur de recherche au CNRS au Centre européen de sociologie et de science politique (Université Paris 1 - EHESS)
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......