LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'ouvrage "Le Consentement" de Vanessa Springora (Éditions Grasset)

Vanessa Springora : "Par son statut d'écrivain, Gabriel Matzneff redoublait son entreprise de prédation par une exploitation littéraire"

47 min
À retrouver dans l'émission

Première à témoigner parmi les adolescentes abusées par Gabriel Matzneff, Vanessa Springora a décidé de livrer le récit d'une relation sous emprise avec l'écrivain dans son ouvrage "Le Consentement".

L'ouvrage "Le Consentement" de Vanessa Springora (Éditions Grasset)
L'ouvrage "Le Consentement" de Vanessa Springora (Éditions Grasset) Crédits : Martin BUREAU

"Il était bien ce qu'on apprend à redouter dès l'enfance : un ogre". C’est par ces mots que Vanessa Springora dresse le portrait de l’écrivain Gabriel Matzneff qui l'a abusée alors qu'elle avait 13 ans lors de leur rencontre quand lui en avait 50. L’auteur revendiquait alors ouvertement son attirance sexuelle pour les mineurs dans ses ouvrages et dans les médias. 

Les milieux littéraires, hier complaisants avec la pédophilie, ont-ils fait leur examen de conscience ? Comment penser la délicate question du consentement lorsqu’elle touche un enfant ? Vit-on un tournant dans l'histoire du rapport de notre société à la pédophilie ?

Pour en parler, notre invitée est Vanessa Springora, directrice des éditions Julliard et auteure de l’ouvrage “Le Consentement” aux éditions Grasset. 

Au-delà de la dénonciation, que vouliez-vous exprimer avec ce livre ?

Vanessa Springora : C'était important pour moi de faire rentrer dans le champ littéraire la voix d'une jeune fille qui avait été victime. C'est une voix qu'on n'entend jamais en littérature. C'est un pendant de Lolita de Nabokov. J'ai longtemps tourné autour du sujet avant de parvenir à l'écrire de cette manière, à la première personne. J'avais pensé raconter l'histoire de Lolita inversée, du point de vue de la jeune fille.

Vous avez fait deux versions. Pourquoi ?

VS : J'ai beaucoup tourné autour du sujet et j'ai eu beaucoup de difficultés à parvenir à l'écrire. Il n'y a pas eu deux versions, ou trois, ou quatre, il y en a eu des dizaines. Cela fait plusieurs années que j'essaie. Ce qui est récent c'est que j'ai réussi à aller jusqu'au bout de l'entreprise en étant le plus honnête possible, c'est-à-dire en l'écrivant non seulement à la première personne, mais en me replaçant dans l'état d'esprit dans lequel j'étais à l'époque quand j'étais adolescente, en étant au plus près, au plus juste de mes sentiments d'alors.

Qu'est-ce qui vous a décidé à écrire ce livre ? Est-ce l'attribution du prix Renaudot à Gabriel Matzneff en 2013 ?

VS : Oui, entre autres choses. Cela fait partie des provocations qui pour moi, à titre personnel, étaient insupportables. Il y en a eu beaucoup d'autres. 

C'est quelqu'un qui m'a poursuivie, harcelée toute ma vie.

En 2015, il a écrit à la personne avec qui je travaillais un nombre invraisemblable de mails pour essayer de rentrer en contact avec moi. Il m'a toujours écrit partout où il a pu, essayé d'avoir mon adresse, il a toujours essayé de maintenir son emprise. Il continue d'ailleurs de le faire aujourd'hui avec la réponse qu'il a donnée hier à L'Express. [Je ne mérite pas l'affreux portrait que (...) tu publies de moi. (...) Non, ce n'est pas moi, ce n'est pas ce que nous avons ensemble vécu, et tu le sais"].

Il y a beaucoup de détails dans votre livre. Est-ce que cela a été difficile pour vous ?

VS : Il a fallu beaucoup de distance. C'est très curieux ce qui fait sauter les verrous. On tourne autour d'une histoire, on n'y arrive pas pendant des années et puis un jour ça vient pour des raisons un peu inconscientes. La véritable raison c'est d'être devenue moi-même mère et d'avoir autour de moi des adolescents et de comprendre enfin ce qui avait été très difficile pour moi, ce qu'était cet âge très particulier, de grande vulnérabilité, de transition entre l'enfance et l'âge adulte. C'est un moment où on est une proie idéale pour ce type de structure psychique auquel on a affaire avec cet homme. La particularité chez lui, c’est d’être écrivain, et donc de redoubler son entreprise de prédation par une exploitation littéraire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Qu'est-ce qui a fait que vous étiez vulnérable ?

VS : Pour qu'une histoire de ce type puisse se produire, il faut un certain nombre d'éléments. Il y avait chez moi un manque paternel assez criant, une grande solitude, une mère très prise par son travail et qui m'élevait seule, notamment dans ce milieu littéraire. Il fallait aussi être très attirée par la littérature, d'avoir magnifié toute mon enfance la figure de l'écrivain. Il avait cet ascendant d'adulte et quelqu'un qui avait l'aura de l'artiste. Pour moi qui était très attirée par cet univers, j'avais déjà très envie d'écrire à l'époque, c'était une figure forcément fascinante.

Est-ce qu'il y a eu des alertes ?

Il y a eu quelques alertes. Une personne a écrit une série de lettres anonymes qui ont été envoyées à la brigade des mineurs mais qui sont restées sans suite. Ma mère avait employé le mot 'pédophile' à son égard dès la première fois, quand je lui ai annoncé qu'on s'était écrit, qu'il m'avait donné rendez-vous. Je ne l'ai pas prise au sérieux parce que j'étais une adolescente un peu rebelle et que ce mot me paraissait ne pas correspondre à ce que j'étais en train de vivre. J'étais dans cette période de l'adolescence où on a tendance à se croire déjà adulte. Je ne me reconnaissais pas dans ce statut d'enfant et le terme pédophile était associé à l'enfance. Ce serait faux de dire qu'il n'y a pas eu d'alerte, en revanche, il n'y a eu aucune tentative pour mettre fin à cette histoire. Ma mère est vraiment dans le regret de ne pas avoir été plus loin. Elle était dans un état d'esprit qui ressemblait à celui de la fin des années 1970, qui était 'il est interdit d'interdire'.

Comment avez-vous découvert que ce n'était pas de l'amour ?

VS : Tout d'un coup je me suis rendue compte (en le lisant) que eux et moi, ces très jeunes enfants, dont il parle dans son journal, qu'il va payer à Manille pour avoir des relations avec eux, je me suis sentie tout à fait solidaire d'une certaine manière. 

"C'était un prédateur et pas un amoureux des enfants, mais un chasseur"

J'ai compris la manipulation dans laquelle j'étais tombée. J'étais face à quelqu'un qui était un prédateur et pas un amoureux des enfants, mais un chasseur. Cela a été extrêmement violent parce que c'est le moment où j'ai commencé à lui demander des comptes. Il m'avait interdit de lire ses livres, j'a fini par braver l'interdit et à partir de ce moment-là notre relation est devenue extrêmement violente. J'ai eu du mal à m'en dépêtrer.

En seconde partie d'émission, nous recevrons le sociologue Pierre Verdrager, auteur notamment de “L’enfant interdit. Comment la pédophilie est devenue scandaleuse” aux éditions Armand Colin.

Chroniques
8H00
15 min
Journal de 8 h
Le général Soleimani, homme-clé de l'influence iranienne au Moyen-Orient, a été tué par les Etats-Unis
8H15
3 min
Le Billet politique
La stratégie de l'individualisme
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......