LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Adèle Haenel et Noémie Merlant dans "Portrait de la jeune fille en feu" de Céline Sciamma.

Céline Sciamma : portrait d’une réalisatrice en feu

18 min
À retrouver dans l'émission

Céline Sciamma, réalisatrice de la "Naissance des pieuvres", "Tomboy" et "Bande de filles" revient ce mercredi avec son nouveau film "Portrait de la jeune fille en feu".

Adèle Haenel et Noémie Merlant dans "Portrait de la jeune fille en feu" de Céline Sciamma.
Adèle Haenel et Noémie Merlant dans "Portrait de la jeune fille en feu" de Céline Sciamma. Crédits : Pyramide Distribution

Portrait de la jeune fille en feu. C’est le titre du dernier et quatrième film de la réalisatrice Céline Sciamma, qui sort ce mercredi en salle. Après La Naissance des pieuvres, Tom Boy et Bande de filles, nous sommes plongés en 1770. Marianne, peintre indépendante et affranchie, débarque en Bretagne à la demande d’une riche propriétaire. Celle-ci lui commande le portrait de sa fille pour l’envoyer à son futur époux, afin de le convaincre de l’épouser. Pour s’opposer à ce mariage, la promise, incarnée par Adèle Haenel, refuse de poser. La peintre, introduite auprès d’elle en tant que dame de compagnie, doit dresser son portrait en secret. Et regard après regard, elle est prise de fascination pour son modèle. Il est question de liberté, de solidarité, de lien du peintre à son modèle, mais avant tout de femmes. 

Céline Sciamma est l’invitée des matins : 

Qu'est-ce qu'on met dans le cadre ? Qu'est-ce qu'on n'y met pas. Le film ne prend pas le temps - ou ne le perd pas peut-être - de raconter le cadre de la domination. On sait qu'elles sont contraintes, mais on les regarde dans tous leurs possibles, dans leur puissance, pas du tout dans les endroits d'entrave ou de conflit . On les regarde d 'une façon insulaire comme une utopie. Qu'est-ce qui est possible à partir du moment où on n'est pas sous le regard, où on est en dehors du protocole, en dehors des mondanités. Qu'est-ce qui se passe dans la solitude ? Comment on partage leur intimité ? 

"L'amour va avec l'intellect. En terme de cinéma, tout ce qu'on pense peut maximiser les sensations. Je ne mets pas en contradiction le fait de réfléchir aux choses et de les rendre vibrante et vivante. C'est tout un travail d'incarnation qui passe par le corps et le travail que l'on fera au son. C'es beaucoup une question de rythme l'amour. Le souffle, la peau, les matières, les frôlements des costumes... Le film a une musicalité érotique qu'on a beaucoup travaillé. 

Chroniques
8H00
15 min
Journal de 8 h
JOURNAL DE 8H du mercredi 18 septembre 2019
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......