LE DIRECT
Des manifestants s'affrontent avec la police lors d'une manifestation contre le gouvernement du président chilien Sebastian Pinera dans le cadre de la pandémie COVID-19, à Santiago, le 18 mai 2020.

Coronavirus, catalyseur de crises en Amérique latine

37 min
À retrouver dans l'émission

Le continent sud-américain est touché de plein fouet par la crise liée au coronavirus. Entre recrudescence des tensions sociales au Chili dues aux pénuries alimentaires ou l'augmentation inquiétante du nombre de mort au Brésil; retour sur les différentes réactions d'un continent face à l'épidémie.

Des manifestants s'affrontent avec la police lors d'une manifestation contre le gouvernement du président chilien Sebastian Pinera dans le cadre de la pandémie COVID-19, à Santiago, le 18 mai 2020.
Des manifestants s'affrontent avec la police lors d'une manifestation contre le gouvernement du président chilien Sebastian Pinera dans le cadre de la pandémie COVID-19, à Santiago, le 18 mai 2020. Crédits : Pablo Rojas - AFP

Continent jusqu'ici relativement épargné par la Covid-19, l'Amérique Latine est victime d'une augmentation inquiétante des contaminations. Le Brésil, épicentre du virus sur le continent, a dépassé mardi le cap des 1000 décès en 24h, et atteint plus de 18 000 morts. Le pays est devenu le troisième en terme de contaminations au coronavirus. Dans cette région aux inégalités criantes, la lutte contre la Covid-19 met en évidence des systèmes de santé sous financés et fait craindre pour le sort des populations les plus pauvres. Comment le continent aux réalités très diverses peut faire face à la pandémie ? La crise sanitaire va-t-elle exacerber des tensions politiques sous-jacentes ? 

Pour en discuter notre invitée est Maud Chirio, historienne, enseignante chercheuse à l’Université Gustave Eiffel, spécialiste du Brésil contemporain et plus particulièrement de l’histoire de l’extrême droite militaire. 

Elle est rejointe en deuxième partie par Olivier Compagnon, historien, professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle (Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine) et corédacteur en chef de la revue Cahiers des Amériques latines.

Une épidémie en phase d'ascension

Le Brésil est en phase d'ascension : le nombre de décès augmente, très important, chaque jour et l'épidémie n'est pas contrôlée, bien que des autorités locales aient tenté de mettre en place des mesures de confinement partiel. Néanmoins le confinement se relâche faute de mesures d’accompagnement des populations, majoritairement pauvre, quand bien même le pic épidémique est prévu pour fin juin. Maud Chirio

"Bolsonaro tient sa ligne : il est une caricature d'un certain nombre de figure d'extrême droite d'autres pays du monde. Il n'est pas suffisamment encadré par d'autres forces politiques et sociales pour changer d'interprétation. Il ne tient que grâce à un public fanatisé. Plus il va loin dans une sorte de messianisme apocalyptique, plus il consolide sa base électoral". Maud Chirio

Un régime militaire en puissance

Actuellement, il n'y a pas vraiment de ministre de la santé. Actuellement, Bolsonaro a nommé un militaire qui n'a pas de connaissances en politique sanitaire. De manière plus générale, il gouverne sans ses ministres, il décide indépendamment du consensus obtenu. Sa posture d'équilibriste maintient la base politique captive qui l'empêche de tomber et des appuis solides au sein des forces armées, qui empêchent un renversement. Maud Chirio

"Le pouvoir est actuellement majoritairement militaire. C'est déjà un régime militaire même si ce n'est pas une dictature car l'opposition peut s'exprimer. La question n'est pas au passage d'un régime militaire, il l'est a peu près autant que la dictature militaire des années 60 et 70. La question à se poser est celle à un régime autoritaire". Maud Chirio

Quels contre-pouvoirs ? 

Il y a une logique de radicalisation du pouvoir. Mais la cour suprême est en train de monter en puissance dans la tentative de représenter un contre-pouvoir. Si elle se donne les moyens, il est possible que un à un l'exécutif militarisé se débarrasse de contre-pouvoirs gênants. Maud Chirio

"Les principaux contre-pouvoirs sont les pouvoirs locaux. Mais le confinement est difficile à faire accepter sur la longueur, surtout quand la population est proche de la ligne de la pauvreté. Par ailleurs, l'argent est au niveau fédéral et tant que le gouvernement n'a pas une politique d'aide à la population, une majorité des brésiliens modestes vont faire tout ce qu'ils peuvent pour avoir des revenus. Donc ces pouvoirs locaux sont limités par leur budget". Maud Chirio

Des hôpitaux en tension en Amérique latine

Beaucoup d'hôpitaux sont saturés. Il y a un dualisme entre système privé, pour les élites, et un système public sous doté en personnel et équipement, et c'est sur ce système public que la pression est la plus forte. Cela vaut au-delà du Brésil, c'est le cas au Chili ou encore au Pérou. Olivier Compagnon

"La corruption est une donnée majeure dans la situation actuelle. Cette crise survient dans un contexte économique général catastrophique depuis les années 90, qui limite la réponse de la puissance publique. Le chômage partiel n'a pas d'équivalent en Amérique latine". Olivier Compagnon

Un continent contrasté

Le Chili est en effervescence sociale très grave depuis plusieurs mois. Cette crise sociale et politique n'a jamais disparu. Les chiliens se réapproprient la rue pour contester la façon dont la crise sanitaire est gérée. Une partie de la population, qui a accès inégalement au service public, est très fragile. Le moindre changement économique a des conséquences. Maud Chirio

"Tous les pays d'Amérique latine ne sont pas dans la même situation. Le Costa Rica apparaît presque comme un élève modèle. Il a su s'appuyer sur un système public solide. Ce qui était investi dans l'armée a été reporté sur la santé et l'éducation dans les années 60. Dans une situation de crise, les investissements au temps longs sont payants. Olivier Compagnon

Chroniques

8H00
16 min

Journal de 8 h

Nouveau coronavirus : 150 000 marins sont toujours confinés en mer
8H15
4 min

Le Billet politique

Elections municipales : on fait un doodle ?
Intervenants
  • Historienne, maître de conférences à l'Université de Paris-Est Marne-la-Vallée.
  • professeur d’histoire contemporaine à l’université Sorbonne-Nouvelle
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......