LE DIRECT
Crise financière

Crises : économique, géopolitique, écologique - le pire est-il devant nous ?

42 min
À retrouver dans l'émission

De nombreux indicateurs alarmants laissent craindre le pire pour l'avenir proche, sur les plans économique, social et environnemental.

Crise financière
Crise financière Crédits : Hiroshi Watanabe - Getty

Dix ans après une crise planétaire causée par un trop-plein de dettes, l’endettement mondial atteint des niveaux sans précédent. En avril dernier, le FMI alertait sur le niveau record de la dette mondiale, qui s’élève à près de 170 000 milliards de dollars, selon un rapport publié par le cabinet de consultants McKinsey. 

Pour évoquer les menaces que laissent planer ces indicateurs économiques, mais aussi les différents domaines qu’affecterait une nouvelle crise internationale, nous recevons Jacques Attali. Economiste, écrivain et ancien conseiller spécial du président de la République François Mitterrand pendant dix ans, il est le fondateur de plusieurs organisations internationales comme Action contre la faim et Positive Planet. Il publie chez Fayard "Comment nous protéger des prochaines crises". 

Ville sans voiture / voiture électrique

Tout ne dépend pas du comportement individuel. L’essentiel dépend de la loi, du règlement… La règlementation qui va imposer la voiture électrique ou même la ville sans voiture, viendra avant 2050. La règlementation va accélérer le progrès technique. Jacques Attali.

La crise de l’eau

La crise de l’eau est une évidence. L’humanité manque d’eau. La crise de l’eau est en partie liée à l’agriculture (et en grande partie à l’élevage). Qu’on le veuille ou non, nous serons tous, dans 50 ans, végétarien. Le véganisme ou les différentes formes du fait d’être végétarien vont avoir un impact très positif sur la dimension planétaire de l’eau. Jacques Attali.

L’immigration / la crise migratoire

Il faut prendre acte du fait qu’il y a de moins en moins de migrants qui viennent vers l’Europe, contrairement à ce que l’on croit. Ceux qui viennent, il faut les accueillir le mieux possible. Il faut commencer par bien accueillir ceux qui sont là, sinon ils seront mal vus, mal ressentis et l’opinion publique y sera hostile. Résoudre les problèmes des autres, c’est résoudre les siens. Nous avons intérêt à bien accueillir les migrants. Jacques Attali.

Le bilan d’Emmanuel Macron

Bilan globalement positif comme aurait dit Georges Marchais en son temps... Même si la partie gauche du programme reste à accomplir. Mais il a fait des choses positives en matière d’environnement, d’attirance des investisseurs étrangers, d’éducation, mais ça n’est qu’un début… A propos d’éducation, s’il y a une priorité majeure, c’est de sortir de l’entre soi culturel qui détermine la France aujourd’hui… Dans l’enseignement supérieur, il est tragique de voir que les élites se reproduisent. Jacques Attali.

Chroniques

8H00
15 min

Journal de 8 h

Le GIEC expose les conséquences d'un réchauffement climatique à 1,5 degrés
8H16
5 min

Le Billet politique

Les communistes en mille morceaux
8H45
4 min

Le Billet culturel

Banksy a-t-il inventé l’arme "anti-récupération" du street art ?
Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......